11 et 14 novembre : la FGTB est aux côtés des travailleurs !

11 et 14 novembre : la FGTB est aux côtés des travailleurs !

 

Le bureau fédéral de la FGTB s’est réuni.

 

Duferco, Ford Genk, Photo Hall, Dow Chemical, HP, Arcelor-Mittal, Staples, Colgate, Philips,… Chaque jour apporte son lot de licenciements et envoie les travailleurs au chômage où leurs allocations sont rabotées en dessous du seuil de pauvreté afin de les « responsabiliser » ou de les « activer » dans la recherche d’un emploi.


La FGTB souhaite redire tout son soutien à l’ensemble des travailleurs, du nord, du centre et du sud du pays. Elle est aussi de tout cœur avec les travailleurs grecs, espagnols, portugais.
Au-delà de la solidarité à leur égard, l’austérité dont ils sont victimes nous concerne au premier chef parce qu’elle est en train de déterminer la santé économique de l’ensemble de l’Europe.

 

Chez nous, la FGTB sera massivement représentée à Ford Genk en solidarité avec les travailleurs du secteur automobile le 11 novembre prochain.

 

Par ailleurs, le bureau fédéral a décidé de permettre à chaque secteur, régionale, d’exprimer son refus de l’austérité aux travers de différents modes d’actions le 14 novembre.
Au-delà de l’action menée à Bruxelles en front commun syndical, chacun pourra choisir entre des séances d’informations dans les entreprises (avec ou sans arrêts de travail), des distributions de tracts, des sensibilisations vers le grand public, des manifestations, ou encore la grève. C’est pour cette dernière qu’ont opté, à ce jour, les centrales professionnelles IRW des services publics (CGSP), du métal (MWB) ainsi que les régionales de Liège et du Centre.

 

Un courrier a été envoyé en front commun syndical à la FEB : la FGTB couvrira toutes les travailleuses et tous les travailleurs qui souhaitent se mettre en grève.

 

La FGTB continue à réclamer un Plan de relance qui permette de sortir de l’ornière via la création d’emplois durables et de qualité. Elle s’opposera à toutes tentatives de remise en cause de notre système d’indexation automatique des salaires et d’augmentation de la TVA. Toute aide publique aux entreprises devra être conditionnée au maintien ou à la création d’emplois.

 

Il n’y a pas de fatalité : des moyens existent !

 

Ils ne peuvent plus être pris chez les travailleurs et les allocataires sociaux. Ils doivent désormais être trouvés via une fiscalité plus juste et plus progressive : lutte contre la fraude fiscale, levée effective du secret bancaire, taxation des plus-values sur actions, …