18 décembre 2015, journée internationale des migrants

18 décembre 2015, journée internationale des migrants

 

Chaque année, la journée internationale des migrants est l’occasion de contrer les préjugés et de sensibiliser l’opinion aux réels enjeux de la migration et aux politiques indispensables à mettre en œuvre.

Ce 18 décembre 2015, la plateforme de concertation autour du combat des sans-papiers - qui rassemble la coordination des sans-papiers, la FGTB, la CSC et différentes associations - organise un rassemblement solidaire à 18h sur la place du Béguinage à Bruxelles, suivi d'une soirée de concerts et de témoignages au sein de l'église, à partir de 18h30.

Y seront mises en avant les revendications partagées au sein de cette plateforme, à savoir :

  • la régularisation des sans-papiers et l'inscription de critères clairs dans la législation ;
  • un élargissement conséquent des voies d'accès au séjour ;
  • la fermeture des centres fermés ;
  • la dépénalisation du séjour illégal ;
  • la lutte contre l'exploitation des sans-papiers et la mise en concurrence des travailleurs ;
  • le respect des droits des enfants sans papiers, au même titre que ceux de tous les enfants.

Alors que la guerre fait rage dans de nombreux pays aux portes de l’Europe, obligeant des milliers de personnes à fuir pour simplement survivre, les politiques migratoires actuelles de l’Europe et de la Belgique sont tout simplement inacceptables.

Elles prônent une vision purement utilitariste de la migration : les travailleurs sans papiers et les réfugiés sont considérés comme de simples marchandises dont il s’agit de réguler les flux, en limitant fortement les conditions d’accès aux territoires et les droits de ces personnes.

La FGTB exige de l’Europe en général, et de la Belgique en particulier, qu’elles s’attaquent aux causes réelles des flux migratoires : le système capitaliste et son exploitation inhérente des travailleurs, la gestion de conflits souvent impérialistes, le réchauffement climatique, la politique commerciale, la coopération au développement insuffisamment volontariste.

Á défaut d’un réel changement, les politiques économiques et la mondialisation telles qu’envisagées aujourd’hui ne feront qu’accroître les guerres économiques et politiques partout dans le monde, poussant des milliers de personnes dans des conditions de vie inacceptables.

Ce 18 décembre, la Confédération européenne des syndicats, présidée par Rudy De Leeuw – par ailleurs, président de la FGTB - organise également une conférence à Zagreb, Croatie, pour mettre l’accent et discuter d’une réponse concrète et humanitaire à la crise des réfugiés. À cette occasion, tous les syndicats européens réaffirmeront leur engagement en faveur de l’intégration et de l’inclusion de toute personne, en particulier par le biais du travail.

La FGTB, quant à elle, poursuivra son combat aux côtés des travailleurs sans papiers et des réfugiés, pour que soient respectés leurs droits fondamentaux et contrer les préjugés véhiculés par certains à leur encontre. Différentes initiatives seront organisées dès le premier trimestre 2016.

La solidarité, entre toutes et tous, travailleurs avec ou sans emploi, étrangers ou non, jeunes ou vieux, reste la condition nécessaire et indispensable pour éviter les conflits et mener une vie digne.