22 avril 2015 - Le Gouvernement des riches - La FGTB se réjouit du succès de l’action dans les serv

22 avril 2015 - Le Gouvernement des riches - La FGTB se réjouit du succès de l'action dans les services publics et déplore le vote des lois sur le saut d'index et la norme salariale

Pour la FGTB, ce 22 avril 2015 aura été marqué par des événements importants pour notre histoire sociale :

Marquée positivement par la réussite de la journée de grève dans les services publics menée par les affiliés de notre centrale CGSP et largement rejoints sur le terrain par les autres travailleurs du secteur public.

Marquée d’une pierre noire par le vote au Parlement de deux lois qui clairement touchent à la liberté de négociationde par leur intrusion grave dans des accords existants et à venir entre employeurs et travailleurs :

  • La loi organisant le saut d’index
  • La loi instaurant à nouveau par 2 ans une modération salariale en imposant une marge maximale d’augmentation ridiculement basse eu égard des efforts qui sont demandés aux travailleurs en comparaison aux cadeaux offerts au monde patronal.

La FGTB déplore que la majorité gouvernementale se soit obstinée dans sa volonté purement politique et idéologique à voter ces 2 lois alors que la démonstration a largement été faite que les mesures reprises dans ces lois étaient largement antisociales et même contreproductives pour notre économie. Sur base des chiffres issus du rapport technique du Conseil Central de l’Economie sur la marge salariale, la FGTB a démontré que le saut d’index n’était absolument pas nécessaire pour aligner l’évolution de nos salaires sur celles de nos pays voisins et principaux partenaires commerciaux. La négation de ces chiffres tant par les représentants patronaux que par la majorité gouvernementale prouve à l’envi que cette mesure a uniquement un fondement idéologique et ne répondait pas à une nécessité économique. A nouveau, ce sont les travailleurs et allocataires sociaux qui paient la facture. Alors même que les loyers, tantièmes et bénéfices ne seront eux, pas bloqués.

La FGTB se félicite de ne pas avoir souscrit à un accord avec les employeurs qui n’excluait pas ce saut d’index, alors même que l’indexation est garantie par la loi et fait partie intégrante du cadre légal des négociations interprofessionnelles et sectorielles. La FGTB examine actuellement les voies de recours possibles.

La FGTB demande ouvertement au gouvernement fédéral de rééquilibrer la situation et de prévoir les mesures nécessaires pour garantir la création d’ emplois de qualité ; et dans ce sens, de s’assurer que les entreprises utilisent les cadeaux qui leur sont faits pour réellement favoriser l’économie réelle et l’emploi via des objectifs chiffrés.

En outre, la FGTB demande à nouveau que le gouvernement sorte de ses incantations pour rétablir enfin les conditions pour une véritable concertation sociale qu’il a bafoué aujourd’hui en modifiant des Conventions Collectives de travail qui sont le résultat d’équilibres entre interlocuteurs sociaux. Dans ce sens, la FGTB demande au gouvernement d’organiser une véritable concertation sur l’opportunité de relever l’âge de la pension et d’autre part d’impliquer les interlocuteurs sociaux dans le débat fondamental pour le futur de notre modèle de société : la révision de notre régime fiscal de sorte à ce qu’il devienne enfin plus juste.