60 ans du Benelux : les syndicats réclament la prospérité pour les citoyens !

60 ans du Benelux : les syndicats réclament la prospérité pour les citoyens !

Le Traité du Benelux a été signé il y a 60 ans, en 1958. Les syndicats du Benelux (FGTB, CSC, CGSLB, FNV, CNV, VCP, LCGB, OGBL), en ont profité de l’occasion pour faire une déclaration commune.

Désireux d’accroître la prospérité et le bien-être des citoyens en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg par le biais d’une meilleure collaboration, les syndicats du Benelux ont comme volonté commune l’amélioration des conditions de travail, la prospérité et le bien-être des citoyens et des travailleurs.

Nous sommes en effet convaincus que la (re)construction du modèle social européen doit avoir lieu avec les interlocuteurs sociaux et les autorités, ensemble.

Dans cette optique, nous appelons les autorités du Benelux à intensifier la collaboration sur le plan socioéconomique, mais aussi en matière de politique climatique durable de façon à profiter de la possibilité de remplir un rôle de pionnier au sein du Benelux et à renforcer le progrès social, notamment au niveau de la lutte contre la fraude et l’évasion, l’exploitation et le dumping social. 

Ci-après, voici une ébauche des sujets pour lesquels le Benelux peut et doit jouer un rôle de pionnier :

  • Accent sur l’agenda social en matière de conditions de travail, de bien-être et de prospérité.
    • Réalisation de marchés du travail justes et inclusifs, mobilité du travail et protection sociale, renforcement du dialogue social et avancées au niveau du Socle européen des droits sociaux.
  • Plus grande et une meilleure collaboration avec un rôle de pionnier dans les domaines suivants :
    • actions communes contre la flexibilisation extrême, les constructions du travail précaires et l’économie de plate-forme ;
    • actions communes contre les initiatives (polonaises et hongroises) visant à saper les règles en matière de détachement ;
    • soutien de poids et rôle de pionnier au niveau de l’Autorité européenne du travail ;
    • élargissement des initiatives existantes en matière d’inspection sociale commune transfrontalière (avec un appel pour recourir davantage et mieux à l’expertise des syndicats) ;
    • pour une politique fiscale plus équitable et plus harmonisée (suppression des tax ruling nationaux et des entreprises boîtes-aux-lettres) ;
    • pour une transition énergétique sociale et juste.