Arrestation d’un dirigeant du COSSEP en RDC

Arrestation d'un dirigeant du COSSEP en RDC

 

La FGTB interpelle la communauté internationale pour que cesse l’oppression des dirigeants syndicaux en RDC, suite à l’arrestation et la détention du vice-président du COSSEP (Conseil syndical des services publics et privés).

 

Le dernier rapport de la CSI (2009) sur les violations des droits syndicaux dans le monde épingle la RDC sur plusieurs points : anti-syndicalisme dans le secteur de la santé, intimidations et sanctions dans le secteur de l’éducation, arrestations de grévistes et licenciements de syndicalistes.

Dans de nombreuses entreprises, le relèvement du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) a donné lieu et/ou a servi de prétexte à des compressions de personnel, mais aussi à des attaques envers les représentants syndicaux : refus et violations des conventions collectives, syndicats fantômes dans le privé, droits non respectés dans la fonction publique, discrimination envers le personnel des administrations décentralisées.

 

Climat de violence, dénoncé par Amnesty International

 

Dans l’ensemble de la République démocratique du Congo, l’armée, la police et les services du renseignement se sont rendus coupables, parfois pour des motifs politiques, de graves violations des droits fondamentaux, notamment d’actes de torture et autres mauvais traitements, d’arrestations arbitraires et de violences sexuelles. En outre, les autorités ont durci le ton en matière de liberté de la presse et un certain nombre de menaces et d’agressions visant des défenseurs des droits humains ont été signalées.

Cette situation a encore eu lieu tout récemment avec l’arrestation du vice-président du COSSEP, partenaire de la FGTB. Celui-ci a été arrêté et détenu du 25 au 28 juin dans les locaux de la police. LA FGTB interpelle la communauté internationale pour que cesse l’oppression des dirigeants syndicaux en RDC.

A l’occasion des 50 ans de l’indépendance du Congo, la Belgique a demandé que toute la lumière soit faite sur les circonstances de l’assassinat de Floribert Chebeya, président de l’ONG congolaise des droits humains La Voix des sans-voix, assassiné le 1er juin dernier. La FGTB attend de la Belgique qu’elle dénonce les violences et les atteintes aux droits humains et syndicaux en RDC.