Arrêtez la répression des syndicats en Turquie !

Arrêtez la répression des syndicats en Turquie !

Le respect de la liberté d’association est depuis longtemps un problème en Turquie: la législation limite le champ d’action des syndicats et, sur le terrain, le harcèlement et le licenciement de délégués ainsi que les violences policières lors des conflits sociaux sont monnaie courante.


Mais ce qui est particulièrement alarmant ces derniers mois, c’est le recours des autorités à des arrestations de syndicalistes.
Aujourd’hui, 73 militants du syndicat des services publics KESK sont en prison. Il s’agit notamment de 15 femmes détenues depuis février 2012 et de dirigeants et membres arrêtés lors d’une rafle le 25 juin dernier.


A plusieurs reprises dans le passé, la FGTB et encore très récemment son Bureau des Femmes ont dénoncé la situation auprès des autorités belges, turques et européennes.


Le gouvernement turc doit savoir que nous restons très attentif à la situation des libertés syndicales. C’est pourquoi, ce vendredi 6 juillet, la FGTB prend part à l’action de protestation devant le bâtiment de la délégation turque à l'Union européenne (Rue des Arts 36-38) organisée à l’appel de la CSI, de la CES et de EPSU.