Campagne mondiale « 12 ratifications en 2012 »

Campagne mondiale « 12 ratifications en 2012 »

Campagne mondiale « 12 ratifications en 2012 »

 

La FGTB et les syndicats belges ont organisé une action ludique afin de demander à l’Union européenne la ratification de la convention de l’OIT relative aux travailleurs domestiques.

 

En bref

L’Organisation internationale du travail (OIT) a adopté, en juin 2011, une convention relative aux travailleuses et travailleurs domestiques. Dès lors, la Confédération syndicale internationale (CSI) lance la campagne mondiale « 12 ratifications en 2012 » pour obtenir la ratification de cette convention par 12 pays d’ici fin 2012.


Des actions sont prévues dans le monde entier, mais la campagne s’axera en particulier sur l’Union européenne, le Brésil, Pérou, République dominicaine, Paraguay, Afrique du Sud, Sénégal, Kenya, Philippines, Indonésie, Inde et Arabie saoudite.


Aujourd’hui, les syndicats étaient rassemblés devant le Parlement européen.


En savoir +

Plus de 100 millions de travailleurs et de travailleuses sont engagé-e-s pour accomplir des tâches à domicile aux quatre coins du monde. Ces travailleurs/euses domestiques sont chargé-e-s de nettoyer, cuisiner, faire la lessive, s’occuper des enfants et des personnes âgées, etc. Leur travail est sous-évalué, sous-payé, invisible et n’est ni reconnu ni respecté. La majorité des travailleurs domestiques sont des femmes (82%), dont un grand nombre sont des migrants ou des enfants.


Dans de nombreux pays, les travailleurs/euses domestiques sont exclu-e-s de la législation du travail et des régimes de protection sociale. Nombre d’entre eux se voient refuser le droit, aussi bien dans la loi que dans la pratique, de constituer un syndicat et d’y adhérer. Les mauvais traitements, l’exploitation, la violence, les abus sexuels et les violences physiques sont fréquents et demeurent, généralement, impunis.


L’Organisation internationale du travail (OIT) a adopté, en juin 2011, une convention relative aux travailleuses et travailleurs domestiques, qui reconnaît leur droit de constituer un syndicat et de s’y affilier, lequel reste interdit dans de nombreux pays. Elle protège, en outre, le droit à un salaire minimum dans les pays où celui-ci est garanti, les paiements mensuels ainsi que l’accès à la sécurité sociale, notamment en cas de maternité.


La Convention accorde aux travailleurs/ euses domestiques un jour de congé par semaine et réglemente leur temps de travail. Globalement, la Convention garantit que les travailleurs/euses domestiques soient traités comme tout autre travailleur en vertu de la législation du travail. Cette Convention entrera en vigueur dès sa ratification par deux pays.