Conclave budgétaire : ce n’est pas aux travailleurs, avec ou sans emploi, aux jeunes, aux pensionnés

Conclave budgétaire : ce n'est pas aux travailleurs, avec ou sans emploi, aux jeunes, aux pensionnés, aux femmes ou aux malades de payer la note

La FGTB rappelle que le trou budgétaire a pour causes majeures la surestimation des recettes fiscales et les réductions de cotisations sociales patronales octroyées aux employeurs sans aucune condition en matière de création d’emplois.

 Le gouvernement ne peut en aucun cas demander aux travailleurs, avec ou sans emploi, aux jeunes, aux pensionnés, aux femmes ou aux malades de payer la note. Ils ont déjà assez payé depuis un an et demi. Saut d’index, limitation et suppression du droit aux allocations d’insertion, diminution de moitié de l’allocation de garantie de revenus pour les travailleurs à temps partiel, coupes sombres dans les soins de santé, dans la fonction publique, dans les services publics…la liste est longue.

Pour la FGTB, il est hors de question que le gouvernement fasse de nouvelles économies dans la sécurité sociale, les services publics ou précarise les travailleurs avec de nouvelles adaptations au droit du travail. Ces éléments sont indispensables à une juste redistribution des richesses, une barrière contre les inégalités et des facteur de prospérité pour l’économie et de bien-être pour les citoyens.

Les politiques d’austérité ont montré leurs limites. Il faut oser s’en détourner et mener des politiques de relance.

Pour la FGTB, il est indispensable de :

  • sauvegarder et renforcer le pouvoir d’achat via l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales et la liberté de négocier. Tous les indicateurs l’attestent, il n’y a plus de handicap salarial en Belgique.
  • préserver une sécurité sociale fédérale forte. Elle seule peut garantir une société solidaire.
  • offrir des services publics accessibles et de qualité. Ils sont le premier pouvoir d’achat des citoyens.
  • investir dans une relance et des emplois durables. Ils sont les moteurs de l’économie et les garants du bien-être des citoyens.
  • mettre en œuvre une justice fiscale. Pour être juste, cette fiscalité doit mettre à contribution tous les revenus, y compris ceux du capital.
  • réduire collectivement le temps de travail, avec maintien du salaire et embauches compensatoires. Seule la réduction collective du temps de travail a permis et permettra de créer de l’emploi pour tous.