Conférence de l’OIT à Istanbul. Nous n’y étions pas !

Conférence de l’OIT à Istanbul. Nous n’y étions pas !

Face à la situation inquiétante en Turquie, la Confédération syndicale internationale (CSI) et la Confédération européenne des syndicats (CES) ont décidé d’organiser le boycott de la Conférence de l'OIT par les syndicats.

La Conférence européenne de l’OIT a lieu tous les quatre ans et vise à discuter en tripartite de la politique de l’OIT dans les 51 pays « de l’Atlantique à l’Oural ».

Le Conseil d’Administration de l’OIT avait décidé d’organiser sa 10e édition en Turquie du 2 au 5 octobre 2017. Depuis lors, sous le couvert de l’état d’urgence, le régime turc n’a eu de cesse de violer de manière de plus en plus grave les libertés syndicales et les droits des travailleurs, comme l’a d’ailleurs dénoncé le Comité des Experts de l’OIT dans son récent Rapport.

125.000 fonctionnaires, professeurs, journalistes, salariés du non-marchand et de certaines entreprises d’Etat ont été licenciés, mis à pied, voire incarcérés, sans possibilité de recours auprès de la justice. Amnesty International a dénoncé des cas de torture et de mauvais traitements. Plusieurs cas d’interdiction ou de répression de grèves et de manifestations ont été rapportés. Des syndicats ont été fermés et leurs biens confisqués. L’Etat d’urgence risque aussi d’être utilisé pour faire passer des lois de régression sociale. Alors que les graves problèmes liés à la santé et à la sécurité sur le lieu de travail et la précarisation des travailleurs dans les agences intérimaires sont relégués au second plan des préoccupations gouvernementales.

Le gouvernement s’attaque aussi à certains entrepreneurs en confisquant et en mettant sous administration judiciaire les biens de 4.000 entreprises.

Faut-il tenir la Conférence dans un pays aussi controversé ? Oui selon les employeurs et les gouvernements qui ont refusé de la reporter ou de la déplacer dans un autre pays. Face à cette situation, la Confédération syndicale internationale (CSI) et la Confédération européenne des syndicats (CES) ont décidé d’organiser le boycott de la Conférence par les syndicats. Comme d’autres organisations syndicales européennes, la FGTB s’est jointe à ce mouvement.