CP La CES et la troïka syndicale rencontrent Herman Van Rompuy

La CES et la troïka syndicale rencontrent Herman Van Rompuy

 

Une rencontre est prévue aujourd’hui au siège du Conseil de l’UE, 99 rue Béliard à 1040 Bruxelles, à 16h45 entre Herman Van Rompuy, Président du Conseil européen et le mouvement syndical européen représenté par la direction de la Confédération européenne des syndicats et les dirigeants de la troïka syndicale (les syndicats belges, espagnols et hongrois).

Dans le contexte dramatique de crise que nous connaissons, la FGTB, la CSC et la CGSLB s’allient à l’appel de la CES pour mettre tout en œuvre afin de sauver l’emploi et ne pas interrompre prématurément la politique de relance, au moment où la crise de l’emploi s’étend.

L’Europe doit reprendre l’initiative pour coordonner les politiques économiques et empêcher une politique du « chacun pour soi ». A cet égard, l’Europe doit mettre rapidement en place un plan de solidarité à l’égard du gouvernement grec. Il faut soutenir la Grèce et non pas la laisser aux prises avec la spéculation internationale des marchés.



Lors de leur contact avec Herman Van Rompuy, les représentants syndicaux insisteront particulièrement sur les points suivants :

 

  • Cette crise de l’emploi, profonde et inégalée, nécessite des mesures de relance urgentes supplémentaires qui doivent surtout venir de l’Europe, étant donné les problèmes budgétaires de la plupart des Etats membres. Ces mesures doivent être financées d’une part, en canalisant l’épargne des citoyens européens vers des investissements productifs et, d’autre part, en allant chercher des recettes fiscales supplémentaires, en particulier pour l’indispensable transition écologique ;
  • Plus encore que la stratégie de Lisbonne, la nouvelle stratégie mise en place dans la perspective de 2020 (UE 2020) menace d’entraîner un déséquilibre, en se focalisant unilatéralement sur la compétitivité, la flexibilisation et la dérégulation (la “better regulation”) et sur l’activation des chômeurs, en particulier des seniors. La FGTB, la CGSLB et la CSC exigent un autre modèle de croissance européen, qui assure un équilibre et une interaction entre les piliers économique, social et écologique. Les objectifs de création d’emplois (en particulier pour les jeunes), de qualité du travail, de redistribution des revenus, de protection du travail, de renforcement de la sécurité sociale et de lutte contre la pauvreté doivent également recueillir une plus grande attention. Ceci n’est possible que si les partenaires sociaux d’une part, et les ministres du Travail et des Affaires sociales d’autre part, sont pleinement associés à la préparation et à la mise en œuvre de cette politique ;
  • Sur le plan international, des accords importants seront conclus dans les prochains mois : le G20 des Ministres du Travail se tiendra à Washington DC en avril et le G20 proprement dit aura lieu à Toronto (Canada) en juin. La Belgique n’est pas représentée directement à ce sommet, pas plus que 22 autres Etats membres de l’Union européenne. Nous attendons de l’Union européenne qu’elle s’y exprime d’une seule voix, en faveur d’un nouveau modèle de développement international, en se fixant comme priorités l’emploi, le travail décent et la protection sociale, dans le prolongement du Pacte mondial pour l’emploi de l’OIT et en se préparant de manière adéquate, en concertation avec les partenaires sociaux européens.