CP Rapport 2009 du Conseil central de l'économie: les employeurs peuvent mieux faire pour contr

Rapport 2009 du Conseil central de l'économie: les employeurs peuvent mieux faire pour contribuer à sortir de la crise

 

Le Conseil central de l’économie (CCE) sort son Rapport technique 2009 sur l’évolution des salaires, de l’emploi et de la compétitivité en Belgique www.ccecrb.fgov.be. L’année 2009 étant sans négociation d’Accord interprofessionnel, il s’agit d’un Rapport intermédiaire.

 

Des constats

Tout en reconnaissant le coût budgétaire induit par les aides massives octroyées aux secteurs bancaire et financier, le Rapport souligne la fragilité de la situation actuelle et indique que la faible reprise se fait sans création d’emploi. La croissance économique prévue pour 2009 sera finalement de -3.2% et retrouvera une évolution légèrement positive en 2010 avec un taux de 0.4%.

Par contre, l’emploi va continuer à baisser tant en personnes qu’en heures prestées : -2.6% de baisse de l’emploi par personne pour la période 2009-2010 et -4% en heures prestées. Dans les 3 pays de référence, la situation est encore plus grave : l’emploi par personne baisse de -3.1% et de -4.7% en heures prestées pour la même période.

Suite à la demande insistante de la FGTB, une attention particulière a été portée aux origines de la crise financière et à son impact sur l’évolution de l’emploi. Ainsi, le Rapport du CCE indique notamment la responsabilité de la dérégulation de l’économie ainsi que l’aggravation des inégalités dans l’apparition de la crise. En outre, les syndicats ont pu introduire dans le Rapport l’importance de la notion de qualité de l’emploi.

Globalement, les indicateurs retenus mettent en avant les faiblesses de notre structure économique, confortant par là la FGTB dans sa demande d’un nouveau modèle de croissance durable, moins dépendant du modèle compétitivité-prix et moins énergivore.

 

Des enseignements

  • On ne peut définitivement pas dire que ce sont les coûts salariaux qui posent problème en Belgique puisque l’écart salarial avec les pays voisins a diminué : l’écart salarial réel pour la période 1996-2010 a été réduit à environ 1%.
    Cela s’explique, en grande partie, par l’importante augmentation des subsides salariaux fiscaux qui vont jusqu’à 1,6% de la masse salariale au bénéfice des entreprises qui payent moins de précompte professionnel. A cet égard, le Rapport signale qu’un financement alternatif d’un montant équivalent à 0,15% de la baisse du précompte doit être prévu pour 2010.
    Enfin, notons que le coût salarial n’a augmenté que de 3.5% en Belgique contre 3.8% dans les pays de référence pour la période 2009-2010.
     
  • La Belgique est toujours à la traine en matière de formation. Or, l’on sait combien elle est un outil capital à utiliser en période de crise, à l’instar de ce qui a été fait par les pays nordiques pour endiguer avec succès la crise des années 80. Les efforts de formation des employeurs continuent pourtant à reculer en Belgique avec un pourcentage de 1.04% en 2008 contre 1.13 en 2007 et 1.24% en…1998. Pour rappel, l’AIP 1999-2000 fixait un objectif de 1.9% de la masse salariale à atteindre fin 2004.
    Le déficit des efforts de formation de la Belgique par rapport aux trois pays de référence (France, Allemagne, Pays-Bas) reste, selon les dernières informations disponibles d’Eurostat (2005), aussi important qu’en…1993.
     
  • La Belgique est faible en matière d’innovation et ses exportations ne touchent pas ou peu les marchés en expansion. En effet, nos spécialisations sont tout à fait insuffisantes dans les segments les plus porteurs en termes de croissance.
    La Belgique est encore fortement orientée vers les anciens Etats-membres de l’Europe des 15, et en particulier les pays voisins, et bien moins sur les marchés à forte croissance tels que les nouveaux Etats membres de l’Union européenne, les pays comme le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et les autres marchés asiatiques.

 

Point d’attention

Enfin la FGTB déplore que le Rapport fasse l’impasse sur la fraude sociale et fiscale. Néanmoins, en s’appuyant sur le texte de l’Accord interprofessionnel 2009-2010, qui condamnait la fraude, le CCE a commencé à organiser des auditions. Les premières auditions confirment l’analyse de la FGTB sur les mécanismes de la fraude et son coût pour les finances publiques. La FGTB suivra bien entendu ce travail au plus près.

Plus d’infos ? 0476/ 901 630