Défendre les travailleurs migrants signifie défendre tous les travailleurs

Défendre les travailleurs migrants signifie défendre tous les travailleurs

La Confédération européenne des syndicats et la FGTB souhaitent témoigner leur solidarité et leur soutien aux migrants sans papiers. Trop souvent, les sans-papiers subissent l’expérience humiliante et dégradante d’être exclus de la société, en plus d’être soumis à des conditions de travail inhumaines.

Les travailleurs migrants ont aussi des droits

Tous les travailleurs ont des droits, y compris les travailleurs migrants, et les syndicats doivent lutter pour faire respecter ces droits. Les membres de la CES sont en première ligne lorsqu’il s’agit de combattre le racisme et de soutenir et aider les migrants sans papiers.

Priver des personnes de leurs droits fondamentaux au travail et à l’accès aux soins de santé, au logement, à l’éducation, à la justice et à d’autres services de base est intolérable dans une Europe qui aspire à offrir des droits fondamentaux à toutes les personnes, indépendamment de leur passeport. Parmi ces citoyens invisibles se trouvent des milliers d’enfants.

La FGTB pour l’ouverture

La migration constituant une des questions les plus actuelles, mais également l’une des plus épineuses à l’ordre du jour européen, les organisations syndicales sont appelées à réagir en ces temps où les États sont enclins à fermer leurs frontières, alors qu’elles-mêmes prônent l’ouverture. La FGTB s’emploie quotidiennement, en étroite collaboration avec la CES, à améliorer la vie des migrants et à créer pour eux des lois, des droits et des emplois.

Jean-François Tamellini, secrétaire fédéral de la FGTB est le responsable politique pour la migration au sein de la FGTB. « Des travailleurs plus forts, ce sont des syndicats plus forts, et inversement », déclare-t-il.

« De nombreux migrants arrivent en Belgique comme travailleurs sans papiers. Généralement, ils ne connaissent pas du tout le pays et ne savent rien des conditions de travail. Inutile de préciser que le risque de travail non déclaré, voire de traite des êtres humains, est réel. La FGTB juge cette situation plus que préoccupante et luttera toujours contre toute forme d’exploitation des travailleurs sans papiers, et des travailleurs en général, » souligne-t-il encore.

« En tant qu’acteur politique majeur, nous faisons pression sur les différents gouvernements belges et européens. Il est de notre devoir d’empêcher certains employeurs de tirer profit de la situation engendrée par la migration. Nous devons par exemple exiger que ceux-ci soient davantage contrôlés et introduire des propositions visant à combler les lacunes de certaines lois et à les rendre plus transparentes pour tous. »

« La transparence de l’information est essentielle. Être en situation régulière fait une réelle différence : il est possible d’obtenir des allocations familiales, d’accéder à une assurance maladie et même de se constituer une retraite, dans certains cas. Nous cherchons constamment à améliorer l’information et le soutien aux travailleurs et collaborons pour ce faire avec d’autres syndicats belges, mais aussi avec des organisations de migrants, car « ensemble, nous sommes plus forts », déclare-t-il enfin.