Enquête FGTB sur le bien-être au travail (technostress)

Enquête FGTB sur le bien-être au travail (technostress)


A l'occasion de la journée internationale pour la santé et la sécurité au travail (28 avril), la FGTB a interrogé 1.760 travailleurs pour savoir si les machines et moyens de communications représentent une avancée ou un recul dans la qualité de leur vie.

 

Il en ressort différents enseignements (voir résultats complets ci-dessous).

 

Ainsi, pour les travailleurs interrogés, les moyens de communication sont vécus comme un instrument de contrôle et débouchent sur une intrusion de plus en plus grande de la vie professionnelle dans la vie privée. Cette situation devient préoccupante car elle augmente la pression et le stress ressenti par les travailleurs.

 

Il ressort également que :

 

  • Les machines définissent le rythme du travail plus que le travailleur ne dirige sa machine : plus d’1 travailleur sur 2 voit son rythme de travail déterminé par une machine ou un ordinateur et 2 sur 3 estiment en souffrir physiquement et/ou mentalement
     
  • L’utilisation des outils de communication est massive dans tous les milieux de travail :

    92% des travailleurs recourent à un outil de communication comme l’ordinateur, le GSM ou la tablette pour la réalisation de leur travail
     
  • Les outils de communications sont perçus comme des instruments de contrôle des employeurs : 7 travailleurs sur 10 considèrent que ces technologies sont des moyens pour l’employeur de contrôler leur travail
     
  • Les outils de communication suppriment la frontière vie professionnelle-vie privée : 6 travailleurs sur 10 ont le sentiment de devoir être joignables en dehors des heures de travail et de devoir vérifier l’arrivée de messages à caractère professionnels
     
  • Les outils de communication sont une source majeure de stress : 7 travailleurs sur 10 considèrent ces outils comme des facteurs de stress pendant et en dehors du travail
     
  • Les outils de communication sont une menace pour la santé :

    7 travailleurs sur 10 ressentent des douleurs aux épaules, bras, mains, poignets, doigts, liées à l’utilisation de ces technologies

    8 travailleurs sur 10 considèrent que les ondes émises par ces outils peuvent constituer une menace pour la santé
     
  • Les mesures de prévention se font attendre :
    pour 1 travailleur sur 2, les menaces que font peser ces technologies ne donnent lieu à aucune mesure particulière

 

Ainsi, la FGTB propose:

 

  • D’INFORMER, en mettant ces risques à l’agenda des organes de concertation dans l’entreprise (Conseil d’entreprise et Comité pour la prévention et la protection au travail) et en intégrant ces aspects dans le plan de prévention de l’entreprise ;
  • D’ENCADRER, en renforçant l’inspection sur le « bien être au travail » via l’augmentation par 3 du nombre d’inspecteurs ET en rappelant que TOUT temps pendant lequel le travailleur est à disposition de son employeur doit être considéré comme du temps de travail ;
  • D’EQUIPER, en rendant obligatoire la mise à disposition de matériel de prévention ou de moyens de protection (oreillettes pour GSM, Smartphone, ...).