Défendre les travailleurs migrants, c'est défendre tous les travailleurs

Défendre les travailleurs migrants, c'est défendre tous les travailleurs

Priver les travailleurs sans papiers d’accès à l’éducation et aux autres services publics et les empêcher d’y contribuer coûte aux citoyens européens bien plus que de les y inclure. C'est le constat que l'on retrouve dans une brochure publiée à l’occasion de la Journée internationale des migrants par la Confédération européenne des syndicats (CES) et Union MigrantNet.

Les estimations du nombre de migrants sans papiers dans l’Union européenne varient de moins de 2 millions à près de 4 millions. On ne sait pas combien d’entre eux sont des travailleurs clandestins.

Ce qui est clair c'est que les travailleurs sans papiers sont :

  • dans l’incapacité de contribuer à l’impôt (sur le revenu), aux systèmes des soins de santé, des pensions et de sécurité sociale ;
  • exploités par leurs employeurs qui en profitent en éludant délibérément l’impôt et autres obligations ;
  • exclus des soins de santé, de l’éducation pour leurs enfants et de nombreux services publics dans la plupart des pays de l’UE ;
  • très vulnérables face à l’exploitation, tant au travail qu’en dehors (par exemple en matière de logement).

Brochure :  Mobilisation pour les travailleurs sans papiers

La brochure de la CES « Mobilisation pour les travailleurs sans papiers » appelle l’Union européenne à en faire davantage en faveur des travailleurs migrants sans papiers en ayant recours au Fonds social européen et au Fonds asile, migration et intégration ainsi que par le biais du cycle annuel de coordination des politiques économiques et du futur Socle des droits sociaux. Elle suggère également qu’Eurostat trouve un moyen de chiffrer cette main-d’œuvre cachée et d’aborder ces questions dans des forums tels que le Dialogue européen sur les compétences et les migrations et le Forum européen sur la migration.

La brochure détaille également comment les syndicats – en Allemagne, Belgique, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Suède – viennent en aide aux travailleurs ans papiers.