Journée des candidats aux élections sociales

Journée des candidats aux élections sociales

 

Ce samedi 21 avril, la FGTB a organisé sa traditionnelle journée des candidats aux élections sociales. L’occasion pour les futurs délégués FGTB de se rencontrer lors d’une journée conviviale et festive, avec des animations pour tous les âges et pour tous les goûts ! L'occasion aussi pour la FGTB de rappeller ses engagements pour une société plus juste et égalitaire.

 

Rudy De Leeuw, président de la FGTB, et Anne Demelenne, secrétaire générale, ont pris la parole sur l’un des thèmes centraux de la campagne FGTB: le pouvoir d’achat des travailleurs et l’index.

Communiqué de presse : Oui à la réorientation des aides publiques et au contrôle des prix, pas touche à l'index !

 

Les candidats ont ensuite signé la Charte des délégué-e-s qui inscrit cinq engagements majeurs à remplir quand ils et elles seront élu-e-s sur la liste n°3 de la FGTB.

 

Différentes activités ludiques étaient organisées pour les enfants : grimage, château gonflable, manèges, animations musicales...

 

Pour les plus grands aussi la fête était au rendez-vous : jeu de sumo, luna park, trampoline, simulateur de snow board, laser game, attraction à sensation forte, concours de babyfoot...

 

Des stands permettaient également aux participants de se restaurer.

Voir plus de photos

 

La Charte des délégué-e-s

Si nous sommes élu-e-s dans notre entreprise, nous, candidat-e-s FGTB, nous engageons à :

 

Exiger et maintenir des emplois de qualité :

  • pas de contrats à durée déterminée, de temps partiels subis, d’intérim, de boulots à 1.000 euros pour nos jeunes;
  • mais des investissements en R&D, dans l’innovation et dans la formation des travailleurs pour le maintien et l’accès à l’emploi pour tous.

 

Défendre le pouvoir d'achat des travailleuses et des travailleurs

  • pas en remettant en cause l’index et en prônant la modération salariale sur fond d’austérité;
  • mais en négociant des augmentations, en particulier du salaire minimum, et en conditionnant toute aide publique au maintien et à la création d’emplois.

 

Contribuer à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et, ainsi, réduire l’écart salarial entre hommes et femmes

  • pas en proposant des temps partiels mais en donnant de réelles opportunités d’emplois et de carrières à temps plein aux femmes;
  • en aménageant le temps de travail, en renforçant l’offre d’accueil (enfants, aînés, enfants malades) et en optant pour une mobilité plus intelligente, y compris en terme de respect de l’environnement.

 

Protéger la santé, combattre le stress et assurer au mieux la sécurité des travailleurs

  • pas en renforçant l’instabilité de l’emploi, qui augmente le stress, avec les conséquences que cela peut avoir sur la santé ;
  • mais en menant une politique efficace d’information, de prévention, y compris en matière de fin de carrière.


Faire rimer syndicat avec climat

  • pas dans une position de frilosité face à ce nouveau défi que représentent les filières d’avenir;
  • mais en faisant des changements climatiques une opportunité économique (l’efficacité énergétique est un facteur de compétitivité), sociale (par la création d’emplois de qualité) et environnementale (pour une meilleure qualité de la vie dans -et hors- l'entreprise).