L'intérim vu par les intérimaires

L'intérim vu par les intérimaires

 

A l'occasion de la journée des droits des intérimaires de ce 9 octobre, la FGTB a réalisé une enquête sur le statut professionnel des intérimaires. Le résultat tient en deux mots : incertitude et flexibilité.

 

En bref

La FGTB a réalisé une enquête sur l’intérim, en collaboration avec l’Université Libre de Bruxelles et la Katholieke Universiteit van Leuven, auprès de 3000 intérimaires. Les constats sont les suivants : les intérimaires vivent dans l’incertitude, doivent être deux fois plus flexibles et ne sont pas toujours traités de manière équitable. En outre, leurs missions sont souvent plus longues que prévues, et nombre d’entre eux commencent le travail sans même avoir signé un contrat.

 

En savoir +

Des contrats courts pour des missions longues

Les intérimaires sont engagés à la base pour des contrats courts, mais effectuent en majorité des missions plus longues et restent aussi longtemps coincés dans l’intérim.

 

 

 

Les intérimaires vivent dans l’incertitude

Bien souvent, les travailleurs ne savent que quelques jours à l’avance s’ils peuvent commencer ou continuer un travail. Nombreux sont ceux qui ne savent que le jour même ce qu’il en est. Cela signifie une incertitude salariale, des difficultés pour trouver une garderie ou un transport.

 

 

De nombreux intérimaires commencent une mission sans contrat de travail

Leur protection légale est mise en danger. Dans le cas d’une première mission, cela arrive 1 fois sur 5. Dans le cas d’une prolongation de mission, cela se produit même 2 fois sur 5.

 

 


Les intérimaires doivent être deux fois plus flexibles

Ils doivent non seulement changer de travail régulièrement, mais leurs horaires de travail et leur emploi du temps changent souvent. La moitié des intérimaires n’en sont informés que le jour même.

 

 


La moitié des intérimaires se rendent au travail lorsqu’ils sont malades

La crainte de perdre son emploi est très présente, mais le sens des responsabilités joue aussi un grand rôle. Cela prouve que les intérimaires mettent tout en oeuvre pour décrocher un emploi fixe.

 

 


Les intérimaires considèrent qu’ils ne sont pas toujours traités de manière équitable

1 sur 3 estime qu’il ne perçoit pas le salaire et la valorisation auxquels il a droit.