La concertation sociale à nouveau bafouée

La concertation sociale à nouveau bafouée


La concertation sociale à nouveau bafouée par le Gouvernement dans le cadre des économies, profondément injustes, qui seront réalisées sur le dos des malades et des invalides.


Un avant-projet de loi exécutant l’accord de gouvernement a été transmis ce 25 novembre pour information au Comité de Gestion de l’assurance indemnités des travailleurs salariés.


La Ministre des Affaires sociales a invoqué l’urgence pour ne pas le soumettre à l’avis des interlocuteurs sociaux.


Les décisions du gouvernement vont toucher durement les malades et les invalides pour un total de quasi 250 millions d’euros et entreront en vigueur dès le 1er janvier 2015.


Ces mesures, particulièrement antisociales, prévoient que :
 

  • la durée du stage pour ouvrir le droit aux indemnités passe de 6 à 12 mois ;
     
  • l’indemnité pour les chômeurs en incapacité de travail au cours des trois premiers mois de chômage est réduite à l’indemnité d’assurance maladie – invalidité ;
     
  • au plus tard 3 mois après le début de l’incapacité primaire, un « plan de réintégration multidisciplinaire » (c’est-à-dire d’activation) sera établi ;
     
  • la période de référence pour le calcul de l’indemnité sera étendue aux 4 trimestres qui précèdent au lieu du calcul actuel sur base de la rémunération journalière moyenne.


Par ailleurs, mais faut-il vraiment s’en étonner, la mesure portant à deux mois la période de salaire garanti par les employeurs n’apparaît nulle part. Il y a donc deux poids, deux mesures !


Le gouvernement peut répéter encore et encore qu’il appelle à la concertation sociale. Il peut répéter à l’envie que l’accord de gouvernement ne va pas appauvrir la population. Qui le croira encore ?