La coupe est pleine

La coupe est pleine !

La FGTB lance un appel à la mobilisation générale et massive le 14 décembre dans nos secteurs et nos régions.

 

POUR UN POUVOIR D'ACHAT RETROUVÉ

Au cours des trois dernières années, les travailleurs belges ont perdu 2,3% de pouvoir d’achat. Saut d’index, faible augmentation salariale, accises plus élevées, les coupes budgétaires dans des services publics essentiels, tels que les transports en commun ont fameusement diminué le revenu des ménages.

Ce n’est pas tout, avec son « Jobsdeal », le Gouvernement entend à nouveau s’en prendre à notre pouvoir d’achat avec des mesures telles que la suppression de nos barèmes liés à l’ancienneté ou la dégressivité accélérée des allocations de chômage.


Avec sa loi sur l’encadrement de nos salaires, le Gouvernement veut également geler nos salaires pour les années à venir. D’après les premières estimations, il ressort qu’il n’y aura tout simplement pas de marge de négociation pour l’évolution de nos salaires en 2019-2020 (hors index).

 

Le 14 décembre, nous exigeons :

  • une réelle marge de négociation pour une augmentation salariale en 2019 et 2020;
  • un AIP qui prévoit une réelle augmentation pour tous les travailleurs;
  • une augmentation du salaire minimum à 14Eur/heure ou 2.300 Eur/mois.

 

POUR DES CARRIÈRES FAISABLES ET DES PENSIONS DÉCENTES 

Depuis son entrée en fonction, le Gouvernement n’a eu de cesse de s’en prendre aux pensionnés. Un seul mot d’ordre : nous faire travailler plus longtemps pour beaucoup moins de pensions. Avec la pénibilité, ils ont inventé un nouveau mécanisme pour nous voler des années de vie. Patrons et gouvernement ne souhaitent pas reconnaitre la pénibilité de votre travail. Leur nouveau slogan est simple : faire travailler un nombre limité de travailleurs un peu moins longtemps, mais pour beaucoup moins de pensions.


En plus, ils veulent rendre nos régimes de prépensions inaccessibles. Avec le silence complice des patrons, le Gouvernement a relevé les conditions d’âges pour accéder aux régimes de prépensions. 


Enfin, patrons et gouvernement s’en prennent aussi à nos systèmes de fins de carrière en les rendant inaccessibles.


Pour les patrons et le Gouvernement, un seul à mot d’ordre prime pour l’avenir de nos pensions : ECONOMIE, ECONOMIE, ECONOMIE

 

Le 14 décembre, nous exigeons :

  • le retour de l’âge légal de la pension à 65 ans;
  • des régimes de prépension et de fins de carrière accessibles avec le maintien des conditions actuelles;
  • une solution sur mesure pour les travailleurs dans le cadre de la pénibilité au travail, sans perte de pension;
  • une pension minimum de 1.500€.