La FGTB commémore les 50 ans d’immigration des travailleurs turcs et marocains en Belgique

La FGTB commémore les 50 ans d'immigration des travailleurs turcs et marocains en Belgique

 

Ce dimanche, la FGTB a tenu à remercier tous ses délégués syndicaux issus de l’immigration, en particulier de l’immigration turque et marocaine. Leur présence témoigne de la solidarité qui transcende les identités et se nourrit de leur culture pour tendre, ensemble, vers une société plus égalitaire.
 

Après la catastrophe du Bois du Cazier, les travailleurs ne voulaient plus descendre dans la mine. Un appel est alors lancé à la main-d’œuvre marocaine et turque. Une convention est signée avec la Belgique en 1964. Elle organise la sélection, le placement et le recrutement d’une main d’œuvre masculine, jeune, robuste, et bien portante pour répondre aux besoins économiques à des coûts les plus bas possible.
 

Malheureusement, aujourd’hui encore, la plupart des travailleurs d’origine marocaine et turque sont sous-représentés dans les professions bien rémunérées et surreprésentés dans les sous-statuts, moins bien payés.
Le mouvement syndical veut continuer à participer à la lutte contre ces discriminations sur le marché de l’emploi.


La méconnaissance de l’autre, le manque de lien social, l’exclusion ou la surexploitation du monde du travail, le vide politique et idéologique créent les espaces dans lequel les extrêmes peuvent s’engouffrer. Ainsi, la mobilisation pour la participation au marché de l’emploi des migrants et de leurs descendants reste un enjeu pour nos sociétés démocratiques et pour la FGTB.