La FGTB exige l'adoption d'une loi anti-dumping social

La FGTB exige l'adoption d'une loi anti-dumping social

Pour la 3ème année consécutive, la FGTB organise une journée nationale d’action contre les pratiques de dumping social. Elle aura lieu ce 18 mars. À cette occasion, accompagnée de délégués et acteurs de terrain confrontés quotidiennement aux conséquences néfastes qu’engendre le dumping social, la FGTB exige l’adoption d’une loi anti-dumping social.

Pour se faire entendre, la FGTB a décidé de confronter les différentes institutions politiques aux réalités vécues par les travailleurs des secteurs sensibles à la fraude et au dumping social.

La FGTB débutera son parcours de « lobbying social » par un passage symbolique devant le 16 rue de la loi.

Ensuite, une petite délégation sera reçue au cabinet du Ministre de l’Emploi, Kris Peeters, afin d’exposer les principes de la loi anti-dumping social qu’elle propose et de relayer les réalités vécues par de nombreux travailleurs victimes des pratiques de dumping social.

Ensuite, sous le coup de 14h, la FGTB organisera un échange de vues avec les partis politiques au sein du Parlement fédéral. Plus d’une centaine de délégués et responsables syndicaux exposeront les principes généraux de la loi anti-dumping qu’ils proposent ainsi que les réalités sectorielles auxquelles ils sont quotidiennement confrontés.

Enfin, la FGTB terminera son action de plaidoyer, en faveur de l’adoption de règles socialement justes permettant d’endiguer le phénomène de dumping social, par une action symbolique devant la Commission européenne.

Le dumping social a pris une proportion totalement inacceptable. La Belgique est en effet le 3ème pays d’Europe accueillant le plus de travailleurs détachés. Si des efforts logistiques ont été consentis ces dernières années aux niveaux belge et européen, force est de constater que les pratiques de dumping social sont loin d’être endiguées. Dans le transport, la construction, le nettoyage, les call-centers, la métallurgie et  de nombreux autres secteurs, on relève les conséquences néfastes qu’engendrent les pratiques de dumping social.

Aujourd’hui, de trop nombreuses failles et inadéquations entre les différentes règles et législations belges et européennes permettent aux entreprises peu scrupuleuses d’exploiter en toute légalité et donc en toute impunité des travailleurs. Les conséquences sont néfastes tant pour les travailleurs belges que pour les travailleurs détachés. Ainsi, la réalité pour les travailleurs détachés, se retrouvant éloignés de leurs familles après un long voyage, est inacceptable : rythme et cadence inhumains, pas de droit à la sécurité sociale, salaires de misère... Tandis que pour les travailleurs belges, les conséquences sur les conditions d’emploi et de rémunération sont importantes : augmentation des risques d’accident, mise au chômage (ou au chômage économique), augmentation de la flexibilité, mise sous pression du salaire et des conditions de travail.

Face à ces situations d’injustice sociale d’où les patrons peu scrupuleux ressortent seuls gagnants, la FGTB plaide pour l’adoption d’une véritable loi anti-dumping social. En effet, la FGTB ne peut plus se satisfaire de l’adoption de mesures périphériques et marginales face à l’ampleur du phénomène et aux conséquences dramatiques des pratiques de dumping social sur les conditions d’emploi et de rémunération des travailleurs de nombreux secteurs.

A l’aube des élections de 2019, la FGTB souhaite que des engagements fermes et résolus soient pris par l’ensemble du monde politique pour enfin endiguer ce phénomène.