La FGTB s’inquiète des plans de ‘gouvernance’ économique dans l’UE

La FGTB s'inquiète des plans de ‘gouvernance' économique dans l'UE

 

En tant que membre de la délégation de la CES (Confédération européenne des syndicats), la FGTB participe au sommet social tripartite au niveau européen. Les avancées en matière de ‘gouvernance’ européenne proposées au sommet européen inquiètent la FGTB. 
 

Le mouvement syndical a toujours été favorable à l’idée d’une gouvernance économique et d’une coordination de la politique économique en Europe, mais les projets de gouvernance économique qui sont sur la table ne vont pas dans le bon sens:
 

  • Là où l’on devrait parler de plans de relance éco-solidaire pour éviter un retour de la crise, il n’est question que d’austérité accrue, d’un renforcement des mécanismes de contrôle et de sanctions automatiques à l’encontre des « mauvais élèves ».
     
  • De plus en plus, l’Europe plonge dans une spirale descendante, les Etats membres se faisant concurrence pour réduire les dépenses (sociales), les salaires et ainsi détricoter le modèle social.
     
  • Là où l’on devrait parler d’une politique fiscale visant à alléger le poids de la fiscalité sur le travail en taxant le capital, de l’instauration d’une taxe sur les transactions financières…, on ne parle que de réduction des déficits (aux dépens du monde du travail) et de flexibilisation du marché du travail. Au lieu d’évoluer vers une harmonisation fiscale, on se dirige de plus en plus vers la concurrence fiscale. C’est inacceptable en Europe et dans notre pays.
     
  • La gouvernance économique telle qu’elle est proposée représente une véritable menace pour l’autonomie de la concertation sociale et une incitation à une concurrence accrue entre les travailleurs, au travers des salaires et systèmes de protection sociale.

 

Nulle part, il n’est question de ‘gouvernance’ sociale dans la procédure de la gouvernance économique:

  • Quelle sera la place de la filière sociale dans tous ces nouveaux processus? 
  • La gouvernance économique sera-t-elle uniquement gérée par les Ministres des Finances?
  • Quelle sera la place de la concertation sociale et des interlocuteurs sociaux ?

 

Il est inacceptable que des mesures d’austérité linéaires soient introduites sur le dos des travailleurs en Europe, alors que les travailleurs ne sont pas responsables de la crise. Inévitablement, ceci entraînera des réactions sociales, à la mesure de ce que l’on connaît actuellement en France.


C’est pourquoi, la FGTB soutient pleinement la campagne lancée hier par la CES, dans la foulée de l’euro-manifestation organisée à Bruxelles, le 29 septembre dernier.


Vu la réponse totalement insatisfaisante des instances européennes aux revendications posées dans le cadre de cette manifestation, la CES organisera des actions le 15 décembre, à la veille du sommet qui clôturera la présidence belge de l’Union européenne.
 

En mars 2011, une euro-manifestation aura également lieu à Budapest, pendant la présidence hongroise de l’Union européenne.