Le gouvernement torpille le financement de la sécurité sociale

Le gouvernement torpille (le financement de) la sécurité sociale

Au Conseil des ministres de ce jour, il a été décidé de revoir le financement de la sécurité sociale. Cette révision met en péril tout le système de notre sécurité sociale. Il n’y a en effet plus aucune garantie que les dépenses seront encore financées à l’avenir. De nouvelles économies dans la sécurité sociale sont même à craindre. De plus, le gouvernement ignore à nouveau la concertation sociale. Les organisations représentatives des travailleurs et des employeurs, mais aussi les mutualités avaient pourtant travaillé ensemble à une réforme du financement l’an dernier avec comme objectif d’assurer la stabilité et la durabilité du financement de la Sécurité sociale.

Dans la réforme qu’ils avançaient, les interlocuteurs sociaux proposaient d’inscrire dans la loi le principe d’une dotation d’équilibre en plus des trois autres sources de recettes, à savoir la subvention de l’Etat, les cotisations sociales sur les salaires et le financement alternatif, ce dernier étant destiné à compenser les réductions de cotisations. Les recettes classiques sont en effet insuffisantes pour financer les besoins. Les progrès technologiques, le vieillissement mais aussi la crise économique et financière, impliquent que les dépenses augmentent plus rapidement que les recettes. La dotation d’équilibre devait permettre de garantir l’équilibre financier de la sécurité sociale.

Dans le projet de loi du Gouvernement cette dotation devient une coquille vide. De nombreuses conditions sont en effet imposées pour que cette dotation puisse être octroyée et que le paiement des allocations sociales et des soins de santé puisse ainsi être assuré.

Ainsi, une de ces conditions est de prouver que la sécurité sociale a contribué suffisamment à la réalisation des objectifs budgétaires. Ceci démontre clairement que le gouvernement considère la sécurité sociale comme le moyen prioritaire et essentiel pour assurer l’équilibre budgétaire de l’Etat. L’objectif de notre sécurité sociale n’est pas d’être une variable d’ajustement budgétaire ! Son objectif est d’assurer aux travailleurs qui cotisent une protection contre une éventuelle perte d’emploi, la maladie ou encore, pour le moment où ils partiront à la pension.

Par ailleurs, cette réforme décidée par le Gouvernement va à l’encontre des objectifs de stabilité et de durabilité du financement. En effet, en conditionnant l’équilibre financier de la sécurité sociale aux objectifs d’assainissement budgétaire irréalistes qu’il fixe, le Gouvernement prend la décision politique de laisser la sécurité sociale dans les déficits et plonge le système dans l’instabilité financière.

Solidaris, Mutualités Socialistes et la FGTB exigent donc que la dotation d’équilibre soit octroyée immédiatement, comme les fondateurs de la sécurité sociale, les employeurs, les travailleurs et les mutualités l’ont proposé ensemble.