Le Journal du Congrès de la CES | mardi 21 mai 2019

Le Journal du Congrès de la CES | mardi 21 mai 2019

Le 14ème congrès de la Confédération européenne des Syndicats aura lieu à Vienne du 21 au 24 mai.  Sous le slogan « une Europe plus juste pour les travailleurs », il rassemble plus de 600 délégué-e-s appartenant aux 90 organisations syndicales et aux 10 fédérations syndicales européennes affiliées à la CES. La FGTB y est représentée par une délégation emmenée par le Président et la Secrétaire générale et y suis les travaux jour après jour.

Réduction collective du temps de travail

Pour la FGTB, la réduction collective du temps de travail est un des enjeux fondamental de l’avenir des travailleurs européens. Robert Vertenueil, président de la FGTB est intervenu pour insister sur l’utilité de mener une réflexion collective sur ce sujet, avec tous les syndicats européens : « Nous sommes à un moment crucial pour l’Europe. Avec la CES, nous proposons des alternatives concrètes pour changer de cap. Cela devient urgent et nous aurons pour cela besoin d’une CES avec un programme fort, qui se positionne face aux politiques néolibérales que l’Europe continue de promouvoir. La proposition d’un contrat social renouvelé nous met dans la bonne direction. Mais nous devrons concrétiser cela rapidement. »

« Des voix s’élèvent pour que les syndicats européens s’emparent enfin de cette question et définissent une manière de travailler sur ce thème. Pourquoi ? Parce que la productivité continue à augmenter, et avec la robotisation et la digitalisation, elle ne va pas s’arrêter. Nous produisons donc de plus en plus de prospérité. Outre les augmentations salariales, l’augmentation de la productivité doit être utilisée pour créer plus de temps libre et plus d’emplois. C’est un choix de société que nous voulons poser. »

La RCTT offrira, si elle est bien pensée, négociée et appliquée, une solution pour que davantage de personnes trouvent un emploi, une solution pour rétablir le rapport difficile entre vie professionnelle et vie privée et corrigera un important déséquilibre au niveau du genre : « la forme et les possibilités de RCTT sont multiples : il revient aux interlocuteurs sociaux de déterminer quelle forme elle prendra. Il n’y a pas une seule solution idéale et nous devrons y réfléchir ensemble. Son élaboration doit ainsi refléter la diversité du marché du travail. »

Du Socle européen des droits sociaux vers un Contrat social pour l'Europe

La réforme du contrat social européen était aussi au programme de la journée de débats. En effet, ce contrat social est menacé en raison des mesures d'austérité, des réductions et de la déréglementation mises en oeuvre dans toute l'Europe et en raison du dumping social et salarial, de l'exploitation et des abus au travail.

Le Socle européen des droits sociaux et la nouvelle législation sociale sont des mesures importantes pour restaurer le modèle social européen, mais elles ne suffisent pas à elles seules.

Pour les syndicats européens, il faut un contrat social réformé pour l’Europe afin que les institutions assument la responsabilité de renforcer l'économie sociale de marché. La CES lancera donc un plan d'action pour la réalisation d'un nouveau contrat social pour l'Europe et travaillera et négociera avec les institutions européennes et nationales et les organisations d'employeurs pour y parvenir.