Le ministre des Pensions persiste à vouloir sanctionner les travailleurs et surtout les ouvrières avec une longue carrière

Le ministre des Pensions persiste à vouloir sanctionner les travailleurs et surtout les ouvrières avec une longue carrière

Communiqué de presse FGTB – CSC- CGSLB

Ce vendredi, le ministre des Pensions s’apprête à faire de nouveau passer la mesure désastreuse qui prévoit de sanctionner les travailleurs avec une longue carrière et qui connaissent, à la fin de cette carrière, une période d’inactivité (maladie ou chômage).

Il revient avec la même proposition, pourtant recalée in extremis au conseil des ministres il y a 15 jours. Il s’agit de la mesure qui sanctionne, contre l’avis d’autres membres du gouvernement, des travailleurs avec une longue carrière et qui connaissent, à la fin de cette carrière, une période d’inactivité (maladie ou chômage). 

La compensation prévue pour les personnes qui ont commencé à travailler tôt à de bas salaires et qui consiste à prendre en compte les 45 meilleures années dans le calcul de la pension sera abrogée pour les personnes inactives en fin de carrière. Cela signifie que pour le calcul de la pension de ces travailleurs, il ne sera plus tenu compte des 45 années les plus rémunératrices, c’est-à-dire celles qui rapportent le plus pour leur pension, mais des 45 premières années. En résumé, un travailleur qui perd son emploi ou tombe malade avant l’âge de la retraite est sanctionné pour le calcul de sa futurepension.

Moins de femmes sont touchées, mais elle le sont plus lourdement. Sur les 2350 femmes qui perdent en première année, leur perte mensuelle est de 209 € en moyenne. Les 14.174 hommes qui perdent, perdront en moyenne 41 € de pension par mois.

Ce faisant, le ministre entend économiser plus de 100 millions d’euros en diminuant le montant de la pension de travailleurs ayant entamé leur carrière avant même leur 20e anniversaire et qui sont en arrêt maladie, ou ont été licenciés, peu avant l’âge de la pension.  Rappelons  que ces personnes ont travaillé plus de 45 ans ! Qu’elles sont souvent peu scolarisées, qu’elles ne bénéficient pas d’une pension complémentaire et qu’elles dépendent donc de la pension légale.

Cette proposition s’additionne à une autre mesure concernant l’assimilation des périodes d’inactivité des demandeurs d’emploi et des personnes en RCC. Pour rappel les travailleurs qui resteraient au chômage plus d’un an - cela concerne 75% des chômeurs -, ou les travailleurs qui partent dans le cadre d’un RCC « normal » verront leur pension diminuer. Cela signifie que ces personnes perdront environ 30 € de pension par mois, montant auquel il faudra ajouter le perte liée à cette nouvelle proposition du ministre Bacquelaine.

De plus, les travailleurs en RCC qui ont été exempté de cette mesure « assimilations » par les actions des syndicats et qui ont commencé à travailler avant leur 20 ans, se voient à nouveau punis. Il s’agit des RCC métiers lourds, les victimes de restructurations et des entreprises en difficultés.

Le ministre est-il conscient que la plupart de ces travailleurs n’ont pas choisi d’être licenciés ? Le ministre réalise-t-il que ceux qui ont une longue carrière recevront encore moins de pension suite à la mesure prévue ce vendredi ?

Octroyer moins de pension aux personnes qui sont en arrêt maladie ou qui ont été licenciées à la fin de leur carrière alors qu’elles ont commencé à travailler avant 20 ans… Autrement dit, rogner sur les pensions de personnes qui sont en arrêt maladie ou qui ont été licenciées après 60 ans…Quelle est la logique de cette politique ?

Toutes les mesures prises en matière de pension par le ministre Bacquelaine n’ont d’autre effet que de diminuer les montants des pensions et plus particulièrement des pensions déjà basses.