Le triple A du gouvernement Di Rupo 1er

Le triple A du gouvernement Di Rupo 1er

Jeunes FGTB

  

Après les agressions diverses contre les sans emploi, le gouvernement s'attaque maintenant aux pensions. Les Jeunes FGTB s'indignent de ces mesures antisociales qui constituent une attaque frontale contre tous les travailleurs, et particulièrement les plus jeunes d’entre eux.

 

 

Aucune mesure créatrice d'emplois !

Plus de 500 jours de « réflexion » n’ont apparemment pas suffi aux négociateurs pour imaginer la moindre mesure réellement créatrice d'emplois durables et de qualité. Il y a pourtant plus de 600.000 chômeurs en Belgique. Comment relancer une économie durable et sociale sans création d'emplois ? Quelles perspectives d'insertion le gouvernement offre-t-il aux jeunes ?


Attaques contre les sans emploi !

Le stage d'attente (ou « d’insertion » selon la nouvelle terminologie officielle) est rallongé : il passe de 9 à 12 mois. Les jeunes sans emploi seront condamnés à jouer les « Tanguy » encore plus longtemps. Et ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir compter sur la solidarité familiale n’auront qu’à s’adresser au CPAS… pourtant déjà débordé !


Les conditions pour obtenir, mais aussi conserver, les allocations « d'insertion » vont également être renforcées. Ces allocations seront, sauf à de rares exceptions, limitées à trois ans. Les bénéficiaires d’allocations d’attente seront en outre soumis à un contrôle spécifique qui viendra se rajouter au contrôle ONEM et à l’accompagnement individuel régional… Soit un triple contrôle !


A terme, il est à craindre que ces allocations, véritable synonyme de survie pour des dizaines de milliers de jeunes, ne soient vouées à disparaître.


Agressions contre les pensions !

Le rallongement de la carrière n'aura qu'un seul effet : maintenir au travail des salariés âgés et fatigués alors que des milliers de jeunes n’attendent qu’un emploi !

 

Les conditions de carrière passeraient de 35 à 40 années… Les jeunes d’aujourd’hui, qui étudient plus longtemps et sont confrontés au chômage et à l’emploi précaire, verront donc inévitablement l’âge de leur pension augmenter.


Le gouvernement n’a pas retenu les leçons du passé. Il nous prépare un deuxième pacte anti-générations alors que le premier n’a eu aucun effet bénéfique sur la création d'emploi pour les jeunes. 

 

Le triple A du gouvernement Di Rupo 1er est placé sous le signe de l’Austérité… Et ce triple A, nous n’en voulons pas !


Plutôt que de suivre aveuglément les diktats d’agences de notation - qui ne représentent qu’elles-mêmes - et de courir après leurs bons points, les responsables politiques feraient mieux de se soucier de ceux et celles qui les ont élus.
 

Améliorer les conditions de travail et de vie des citoyens, construire une économie sociale et durable où les hommes et les femmes sont au centre des préoccupations… Telles devraient être les préoccupations des élus. Nous ne manquerons pas de le leur rappeler dans les jours et les semaines qui viennent.