Les employeurs ne prennent pas leurs responsabilités dans le débat climatique !

Les employeurs ne prennent pas leurs responsabilités dans le débat climatique !

La FEB a appelé le gouvernement à intégrer à partir de 2011 le supplément pour les parcs éoliens offshore dans la "contribution" fédérale, invoquant l'argument de la compétitivité de nos entreprises. Cela ne pose pas de problème en soi, si ce n'est que l'organisation patronale omet de signaler que cette proposition entraînera une hausse importante du prix de l'électricité pour les petits consommateurs ainsi que pour les PME.


L'on peut donc se demander si la proposition d'intégrer la contribution pour la production éolienne offshore dans la contribution fédérale – dans de nombreux cas plafonnée et donc dégressive en fonction de la consommation d'électricité – n'est pas un moyen pour réduire uniquement la facture énergétique des gros consommateurs, mais aussi une tentative de se décharger de ses responsabilités sur le dos du consommateur final.


La facture des gros consommateurs industriels diminuera et les coûts seront répercutés sur les petits consommateurs ou sur les pouvoirs publics alors que c'est l'Etat (et donc le contribuable) qui a déjà fait dans le passé – parce que nous ne pouvons renoncer à nos obligations internationales et parce que nous sommes confrontés à la problématique du changement climatique – un important effort budgétaire pour lancer la production éolienne offshore dans notre pays.


La FGTB n'entend pas s'incliner devant les nouvelles hausses de prix pour les ménages ni devant la répercussion sur l'Etat du coût des avantages dont bénéficient les entreprises. En effet, grâce à la production éolienne offshore, les entreprises doivent faire moins d'efforts elles-mêmes en vue de réduire leurs émissions de CO2.


Une alternative pourrait consister à écrémer par voie légale les bénéfices excédentaires des producteurs nucléaires, comme vient de le faire l'Allemagne. Ces moyens pourraient alors être utilisés pour investir dans des énergies renouvelables afin que la contribution à la production éolienne offshore soit moins élevée pour tous. Et que cette fois-ci, il s'agisse de bien plus que de 250 millions.