Les jours passent et l’écran de fumée de la Suédoise se dissipe

Les jours passent et l’écran de fumée de la Suédoise se dissipe

Le constat d’échec social et économique du Gouvernement MR/NV-A, tiré depuis des mois par la FGTB, s’alourdit de jour en jour.

Les rapports officiels des organismes universitaires ou publics qu’ils soient nationaux, européens ou internationaux s’accumulent et dissipent « l’écran de fumée suédois » que le MR et la NV-A ont tenté en vain de maintenir.

Il y a quelques jours, l’UCL analysait les facteurs ayant contribués à la création d’emplois en Belgique sous le Gouvernement M/NV-A.  A la lecture de ce rapport, nous constatons que seuls 30.000 emplois créés peuvent être attribués aux politiques socialement injustes mises en place par le Gouvernement Michel. Plus fondamentalement, nous retenons, qu’à l’instar de ce que la FGTB explique depuis des années, l’étude de l’UCL démontre que les politiques de modération salariale sont inefficaces et n’ont que peu d’impact sur la création d’emplois. 

Aujourd’hui, le rapport de l’OCDE comparant les indicateurs de productivité et de croissance dans les pays de l’OCDE, démontre que le salaire réel des travailleurs belges a diminué sous le Gouvernement MR/NV-A. Comme la FGTB l’avait indiqué, ce rapport confirme que le pouvoir d’achat des travailleurs belges a diminué. Qu’il s’agisse de l’OIT, de la Commission européenne et maintenant de l’OCDE, l’ensemble des rapports officiels permettent de dissiper l’écran de fumée qui entourent le bilan du Gouvernement MR/NV-A.

Pour Robert Vertenueil, président de la FGTB : « Les rapports officiels confirment tout ce que nous dénonçons depuis des mois voire des années. La politique de ce Gouvernement aura été une catastrophe sociale et un échec économique. Rappelons qu’en outre 1 personne sur 5 est en risque de pauvreté. Ce n’est pas une fake news mais du fact-checking monsieur Michel ! ».

Ces données statistiques et rapports officiels confirment effectivement le bilan tiré par la FGTB de la législature suédoise qui restera certainement dans les annales comme l’un des épisodes les plus noirs pour les travailleurs que nous ayons connus ces dernières décennies.

Au vu du bilan socialement catastrophique de ce Gouvernement et en prenant en compte les contre-performances économiques de ce dernier, la FGTB plaide pour qu’au lendemain du 26 mai les partis politiques qui auront reçu la confiance des électeurs s’attachent à remettre la question sociale au cœur de leur action.

Comme la FGTB a pu l’indiquer lors du 1er mai, nous fixons au moins 3 chantiers prioritaires pour bâtir un avenir socialement plus juste et économiquement viable : un pouvoir d’achat retrouvé, une justice fiscale et une transition juste (en répondant de pair aux défis climatiques et sociaux).