Les métiers pénibles seront déterminés sans tenir compte de la réalité des travailleurs !

Les métiers pénibles seront déterminés sans tenir compte de la réalité des travailleurs !

Après plusieurs mois d’attente, la FGTB a enfin reçu du gouvernement certaines nouvelles sur le dossier de la pénibilité. Et ces nouvelles ne sont pas bonnes, c’est le moins que l’on puisse dire.

Alors que le Ministre des pensions prétend accorder toute la place à la concertation sociale, ce n’est plus le Comité National des Pensions mais l’administration qui est chargée de préparer la mise en œuvre d’un système de pénibilité.

Cet été, le Comité National des Pensions a dégagé 4 catégories (les contraintes physiques liées aux charges physiques et à l’environnement de travail, la pénibilité liée à l’organisation du travail, celle qui est due aux risques encourus par le travailleur et la charge mentale ou émotionnelle) comme base du système de prise en compte de la pénibilité dans les pensions.

La mise en pratique de ce système devait se faire en étroite collaboration avec la médecine du travail et la santé et sécurité au travail. À défaut, un tel système serait déconnecté de la réalité que vivent les travailleurs. Autant dire que le gouvernement a décidé de ne pas tenir compte des réelles conditions de travail sur la santé et l’âge de la pension des travailleurs.

Par ailleurs, le Ministre des pensions impose une enveloppe fermée. Cette enveloppe est destinée aux trois régimes : salarié, indépendant et fonctionnaire.

Comment peut-il prévoir un budget fermé alors que les critères de pénibilité ne sont pas encore définis ? Le gouvernement apporte une nouvelle fois la preuve qu’il se moque des travailleurs et de leurs conditions de travail. Sa seule préoccupation est budgétaire. Le gouvernement apporte une nouvelle fois la preuve qu’il ment quand il prétend que seuls 5 à 10% des travailleurs prendront leur pension à 67 ans. Avec une enveloppe fermée, c’est impossible.

Faut-il rappeler que l’augmentation de l’âge légal de la pension devait être compensée par les mesures sur le travail faisable du Ministre Peeters et par la prise en compte de la pénibilité dans les pensions ? Deux ans plus tard, rien de concret ou de prometteur n’est prévu pour les travailleurs.

Le système de prise en compte de la pénibilité doit être fixé avec les syndicats parce qu’ils sont les seuls à pouvoir rendre compte des réalités vécues par les travailleurs. C’est une expertise que personne ne peut nier.

Et le gouvernement, s’il veut réellement prouver qu’il s’inquiète du monde du travail, doit dégager les moyens nécessaires pour finaliser ce dossier.