Les travailleurs punis d’être victimes de la crise

Les travailleurs punis d'être victimes de la crise

 

La FGTB refuse que la démarche a priori louable de lutte contre la fraude sociale se transforme en chasse aux travailleurs victimes de licenciements collectifs et/ou abusifs.

 

Ainsi, si l’on ne peut remettre en cause l’assujetissement à la sécu des indemnités de licenciements (AR applicable depuis le 1er octobre), la FGTB considère injuste que cette mesure se répercute négativement sur les travailleurs victimes de licenciements collectifs.

 

C’est pourquoi la FGTB s’est mobilisée et a obtenu:

  • que tous les travailleurs licenciés puissent continuer à cumuler des compléments de sécurité d’existence avec du chômage ;
  • que toute convention collective de travail déposée dans le cadre d’un licenciement collectif avant le 31 décembre 2013 n’entre pas en considération dans le nouveau système.

 

C’est un premier pas mais ce n’est pas suffisant pour tous les travailleurs mis sur le carreau, victimes de la crise. Il est inacceptable qu’à l’heure ou le chômage explose et où les chances de retrouver un emploi n’ont jamais été aussi faibles que l’on porte atteinte aux revenus des travailleurs sans emploi.

 

La FGTB mettra tout en œuvre pour que toute indemnité qui permette une garantie de revenu suite à un licenciement puisse continuer à être cumulée à du chômage au-delà de 2013.