M. Bacquelaine ne connaît pas ses chiffres : il est temps qu’il prenne sa pension

M. Bacquelaine ne connaît pas ses chiffres : il est temps qu’il prenne sa pension

Le ministre Bacquelaine met en doute le sérieux des chiffres de la FGTB. Il ne sait même pas que ce sont des chiffres de sa propre administration, lesquels ont été communiqués aux interlocuteurs sociaux. Ces chiffres sont clairs. Les chômeurs de plus de 50 ans seront bel et bien frappés par le démantèlement des pensions prévu par le gouvernement. Les travailleurs concernés ont une carrière de plus de 45 ans.

Le gouvernement prive un grand groupe de chômeurs de plus de 50 ans d’une partie de leur pension. Il s’agit de personnes qui ont plus qu’une carrière complète et qui, à la fin de celle-ci, ont perdu leur emploi ou ont été mis en prépension.

Ce constat, le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine le conteste. C’est on ne peut plus étonnant ! Les chiffres sur lesquels nous nous basons proviennent en effet de sa propre administration, le Service fédéral des Pensions. Le fait que le ministre des Pensions ne prenne pas connaissance de ces chiffres avant de prévoir des coupes dans les pensions des travailleurs, est symptomatique de l’indifférence du gouvernement Michel. Le gouvernement ne réalise pas que derrière ces chiffres, se trouvent des pensionné-e-s.

Lorsque le gouvernement a décidé de sanctionner les travailleurs qui –après une carrière de 45 ans– devenaient inactifs, les interlocuteurs sociaux n’ont pu que constater que le gouvernement n’avait pas pris la peine d’examiner quels travailleurs seraient touchés et dans quelle mesure. Le gouvernement s’est concentré aveuglément sur le montant des économies qui pourraient être réalisées : 38 millions en 2019. Un montant qui pourrait même s’élever à 113 millions en 2022. Voilà ce qui compte pour ce gouvernement : réaliser des millions d’économies sur le dos des travailleurs qui ont commencé à travailler avant leur 20e anniversaire.

Contrairement à ce gouvernement, les interlocuteurs sociaux ont pris la peine d’analyser l’impact de ces mesures d’économie. Ce qu’il en ressort ? Que les pensionné-e-s perdront jusqu’à 113 euros par mois.

Pensions situées entre Perte moyenne brute par mois Perte moyenne brute par an
833 et 1041€ 113€ 1356€
1042 et 1249€ 65€ 780€
1250 et 1450€ 93€ 1116€
1450 et 1650€ 104€ 1248€

Sur les travailleurs touchés, un sur 5 a commencé à travailler à l’âge de 14 ans ou plus tôt encore. La moitié d’entre eux a commencé à travailler à 15 ou 16 ans. Concrètement, les salaires relativement bas en début de carrière seront dorénavant pris en compte dans le calcul de leur pension en lieu et place des salaires plus élevés touchés en fin de carrière.

La FGTB exige du respect pour les travailleurs et les pensionnés. Il est hors de question de les traiter comme un poste de dépenses de la sécurité sociale sur lequel il faut épargner. Il est purement scandaleux que le gouvernement veuille redresser la barre en faisant main basse sur la pension des travailleurs, des demandeurs d’emploi et des futurs pensionnés.

Les pensionnés qui n’ont pas la chance d’être propriétaires, de pouvoir compter sur de solides économies ou des enfants pour les aider, tomberont dans la pauvreté. Voilà la réalité que connaît la population, mais à laquelle ce gouvernement reste aveugle.