Retour

Plan de relance fédéral: positions de la FGTB et de la CSC

Plan de relance fédéral: positions de la FGTB et de la CSC

 

A la veille des arbitrages qui doivent être faits par le Gouvernement en matière de Relance, les syndicats veulent rappeler leurs priorités.

 

Ainsi, la CSC et la FGTB veulent un véritable plan de Relance fédéral qui s’inscrit dans une politique européenne ambitieuse. Ce plan doit rompre avec l’actuelle politique d’austérité, qui est sans issue.


Les deux syndicats estiment que ce plan fédéral doit se baser sur les lignes de force suivantes :
 

  • un soutien du pouvoir d’achat: l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales, un accord sur la liaison au bien-être des allocations sociales pour le 15 septembre, un suivi plus strict de l’évolution des prix et du contrôle des marges bénéficiaires (en premier lieu dans les secteurs où les prix augmentent plus rapidement que dans nos pays voisins), une fiscalité plus juste.

 

  • des impulsions fortes pour plus d’emplois et des emplois de qualité, notamment
    -via une véritable politique d’emploi, avec des emplois de qualité et de meilleures possibilités d’emplois, entre autres pour les travailleurs âgés ;
    -en garantissant une expérience de travail et une formation aux jeunes non qualifiés, avec une perspective d’emploi durable à la clé.
    Cette Relance ne peut en aucun cas envisager de prolongation ni de flexibilisation de la durée du travail !

 

  • la mise en œuvre d’investissements publics stratégiques (e.a. énergies renouvelables, mobilité) y compris la prestation de services aux personnes.
    Ceci doit permettre de créer des emplois de qualité, en particulier pour les demandeurs d’emploi confrontés à une réglementation de chômage injuste et inacceptable.

 

  • une affectation plus efficace des aides publiques actuelles en fonction des objectifs suivants :
    -plus de possibilités sur le marché du travail pour les demandeurs d’emploi, a fortiori les plus vulnérables ;
    -une amélioration de la compétitivité structurelle : innovation, R&D, formation ;
    -le renforcement des secteurs soumis à l’exportation et à forte concurrence salariale.

 

  • rendre plus transparentes les aides publiques existantes, qui doivent être comptabilisées dans le coût salarial, également en cas de subsides salariaux fiscaux.

 

  • un financement plus large sur base de la fiscalité pour le financement du budget public et de la sécurité sociale :
    -davantage axé sur le capital et les grosses fortunes;
    -avec une progressivité plus forte et plus équitable ;
    -en renforçant la lutte contre la fraude ;
    -qui touche moins les revenus du travail.