Projet de loi pour un screening plus strict des dockers? Inacceptable!

Projet de loi pour un screening plus strict des dockers? Inacceptable!

Dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue, un député N-VA propose d’introduire une loi visant à renforcer le screening des dockers. Les dockers sont ainsi de nouveau stigmatisés par la N-VA. En dehors de la «guerre contre la drogue», il s’agit ni plus ni moins d’une nouvelle attaque envers le statut de docker.

La sécurité portuaire est l’affaire de tous, du PDG au docker. Le comité fédéral de la FGTB et l’UBOT ne tolèrent plus cette stigmatisation.

La proposition de loi visant à un renforcement du screening et de l’enquête de moralité des dockers est une réelle attaque visant à criminaliser les dockers et à les stigmatiser. Car, dans tous groupes de travailleurs il peut toujours y avoir des « pommes pourries ». Toutefois, cela ne signifie pas que l’on doive criminaliser l’entièreté des travailleurs !

Il existe effectivement un problème de trafic de drogue au sein du port. Chaque kilo de drogue qui y passe est un kilo de trop. Cependant, cela n’aide personne de dépeindre les dockers comme des suspects ou des figures clés d’un réseau criminel plus large.

En outre, les dockers ne sont pas les seuls présents dans le port à être impliqués dans le trafic de stupéfiants. Aussi longtemps que des sommes astronomiques seront injectées par les organisations criminelles dans ce trafic, les gens continueront d’être tentés d’y participer.

Un docker est reconnu par le Gouvernement fédéral et doit remplir une série de conditions.
Par exemple, ils doivent présenter un certificat de bonne vie et mœurs.  S’ils sont reconnus coupables de faits liés à la drogue, alors ils sont mis à la porte !

Ce projet est une véritable attaque envers le statut de docker. Peut-être serait-il temps de procéder à un test de moralité auprès des politiciens ?