Salaire minimum - La FGTB persiste et continue le combat

Salaire minimum : la FGTB persiste et continue le combat

Couverture tract

10 ans ! Cela fait 10 années que les travailleurs n’ont pas vu augmenter leur salaire minimum hors indexation. Aujourd'hui, le salaire minimum interprofessionnel est d'à peine 10€ brut/heure (soit 1.654 € brut/mois pour un travailleur à temps plein). Mais certains préfèrent se gaver quitte à laisser la majorité quémander.

10 centimes d’augmentation: insuffisant !

Lors des négociations de l'AIP, la FGTB a porté ses revendications sur le salaire minimum. La réponse patronale fut radicale : 1,1% pas plus ! Cela représente une augmentation d'à peine 10 cents de l'heure, une insulte pour les travailleurs qui doivent vivre avec cette réalité. Nous avons donc refuser l'accord interprofessionnel. 

Lors de plus récentes négociations, la FGTB a proposé une solution intermédiaire : une augmentation des salaires minimums de 3,5% soit 58€/mois. Une première étape qui s'inscrivait dans notre combat pour un salaire minimum à 14€/heure. A nouveau, la réponse est méprisante. Les patrons refusent que cela leur coûte le moindre centime et lient ce dossier à celui des indemnités de préavis. Leur but est de ne plus payer ni les indemnités, ni les formations prévues par la Loi. A ces conditions et seulement ces conditions, ils accepteraient de parler du salaire minimum sans aucune garantie sur l'augmentation.

Ce n'est ni plus, ni moins que chantage ! Devant ce mépris des employeurs, nous avons refuser la proposition d'une augmentation de 1,1%. Quand d'autres acceptent une aumône, nous refusons la charité patronale et nous continuons la lutte pour des augmentations décentes !

C’était NON hier, c’est NON aujourd’hui et ce sera NON demain !

La FGTB restera cohérente. Face à l’obstination du front commun patronal, la FGTB a décidé de continuer la mobilisation pour une augmentation du pouvoir d’achat et plus particulièrement au travers de la campagne « fight for 14 ».

 

Parce que vous le méritez !

Ensemble, continuons le combat !