Supprimer l’écart salarial: on a tous à y gagner

Supprimer l'écart salarial: on a tous à y gagner

 

Le vendredi 26 mars, la FGTB lance la 5e édition de la campagne Equal Pay Day, la journée de l'égalité salariale. En cause : la différence salariale de 23,46 % constatée entre les hommes et les femmes.  
 

Pour appuyer sa campagne, la FGTB a souhaité commander au CRIOC une étude destinée à mesurer les perceptions de la population belge en matière d’égalité salariale. Retenons cinq enseignements que nous livre cette étude:
 

L’égalité hommes - femmes est une priorité dans le monde du travail

 

2 tiers des répondant-e-s estiment que c’est au monde du travail d’œuvrer pour davantage d'égalité entre femmes et hommes. Seul un tiers pense que c’est encore nécessaire dans le cadre domestique.
 

Estimation de l’écart salarial

 

Toutes les personnes interrogées sous-estiment l’écart salarial, c'est-à-dire la différence de rémunération qui existe entre un homme et une femme. Elles l’évaluent à 2,2%. En réalité, il est de 23,46%, soit 10 fois plus !
 

Le travail à mi-temps, un choix personnel ?

 

Deux tiers des répondant-e-s pensent que l’écart salarial s’explique par un choix personnel de travailler à mi-temps. En réalité, seulement 10 % des femmes qui travaillent à temps partiel l’ont choisi pour des raisons de confort personnel ou de facilité.
 

En outre, 90% des femmes qui travaillent à temps partiel soulignent qu’elles le font par contrainte : le temps partiel est imposé par l’employeur, dû au manque de structures d’accueil pour les enfants en bas âge ou destiné à mieux combiner vies professionnelle et privée.
 

Accès aux fonctions dirigeantes

 

Plus de la moitié des personnes interrogées estime que l’écart salarial s’explique par la difficulté pour les femmes d’accéder à des fonctions dirigeantes. 
 

Les femmes sont effectivement beaucoup moins représentées dans les fonctions dirigeantes ; elles ont également 3 fois moins de chance que les hommes d’obtenir une promotion tout en présentant le même profil.
 

Toutefois, l’écart salarial ne s’explique pas uniquement par cette difficulté. En effet, les femmes sont également sous-représentées dans les secteurs les mieux payés (par exemple dans le secteur de la chimie). De plus, les femmes sont également victimes d’inégalité salariale. A fonction égale, et dans un même secteur, les femmes sont encore bien souvent moins bien payées que leurs homologues masculins !
 

Droits en matière de sécurité sociale

 

Trois quarts des répondant-e-s estiment que lorsqu’on travaille à temps partiel, on conserve ses droits en matière de sécurité sociale. Malheureusement, n’oublions pas que les allocations sont calculées sur base du salaire. Les travailleuses à temps partiel finissent généralement avec des allocations de chômage et/ou une pension ridiculement basses.

 

Le rôle de la FGTB

 

Cette analyse permet de constater le fossé qui sépare perceptions et réalités en matière d’écart salarial. Ainsi, le rôle de la FGTB est capital si l’on veut faire évoluer le marché du travail en matière d’égalité femmes-hommes. Il est primordial de dénoncer l’écart salarial qui, pour beaucoup, reste sous-estimé et revendiquer plus de transparence des salaires.
 

« Supprimer l’écart salarial on a tous à y gagner », tel est le message central de notre campagne 2010. Combattre l’écart salarial entre les femmes et les hommes est l'affaire de toutes et tous car tout le monde y trouvera son compte. Cette année, la FGTB souhaite plus particulièrement s’adresser aux hommes car ils ont eux aussi une responsabilité dans ce combat et un intérêt à le mener.