Travailleurs licenciés : la mobilisation syndicale a payé

Travailleurs licenciés : la mobilisation syndicale a payé

 

Un arrêté royal entré en vigueur le 1er novembre a rendu de facto les indemnités payées par l’employeur en cas de licenciement non cumulables avec une allocation de chômage.
Cette mesure est profondément injuste car elle prive les travailleurs d’un dédommagement octroyé suite à un licenciement arbitraire ou d’une sécurité de revenu pour faire face à la perte de leur emploi.

 

La FGTB s’est mobilisée pour que cette mesure soit purement et simplement supprimée. C’est désormais chose faite. Toute prime obtenue par les travailleurs dans le cadre d’un licenciement pourra être cumulée avec du chômage, avec effet rétroactif. Il y a toutefois deux exceptions : les indemnités d'éviction et les indemnités payées dans le cadre d'une clause de non-concurrence.

 

De la même façon, les femmes qui font l’objet d’un licenciement parce qu’elles sont enceintes, les personnes en crédit-temps ou autres injustement licenciées, continueront à bénéficier des six mois d’indemnité de leur employeur en plus du chômage.