UE : Écart salarial est-ouest, énorme et en augmentation

UE : Écart salarial est-ouest, énorme et en augmentation

Selon une étude récemment publiée, les travailleurs des pays de l’est de l’UE gagnent moins de la moitié du salaire moyen des travailleurs des pays de l’ouest qui constituaient l’UE15 avant 2004.

Quelques chiffres

Les travailleurs de 10 pays d’Europe orientale gagnent entre 42% (en Estonie) et moins de 18% (en Bulgarie) des salaires pratiqués à l’ouest. Seuls les travailleurs de Slovénie gagnent plus de la moitié avec des salaires s’élevant à 60% de la moyenne de l’UE15.

L’écart salarial est-ouest s’est réduit dans l’UE à partir de la fin des années 1990 et durant la plus grande partie des années 2000 mais la crise économique de 2008 a mis fin à cette évolution positive.

Dans 6 des 11 pays d’Europe de l’Est, l’écart salarial s’est à nouveau creusé entre 2008 et 2016. La chute la plus spectaculaire a eu lieu en Croatie et en Hongrie où les salaires sont passés respectivement de 43% à 37% et de 35% à 28% de la moyenne de l’UE15.

L’écart a également augmenté en Pologne (où les travailleurs gagnaient 29% de la moyenne de l’UE15 en 2016 contre 31% en 2008), en Roumanie, en République tchèque et en Slovénie.

Exploitation des travailleurs à l'Est

Esther Lynch, Secrétaire confédérale de la Confédération européenne des syndicats (CES), nous fournit quelques éléments d’explication relatifs à cette situation :

« L’écart salarial est-ouest dans l’UE est le résultat de l’exploitation des travailleurs dans des pays où les syndicats et la négociation collective sont faibles. »

« Durant la crise, les diminutions de salaires étaient plus répandues et les augmentations salariales moins élevées dans l’est de l’UE où les employeurs pouvaient se permettre de faire à peu près n’importe quoi. Bien sûr, les différences de productivité et du coût de la vie expliquent en partie les différences de salaires mais elles ne justifient pas de tels écarts de rémunération. »

Vers un salaire minimum vital

La Confédération européenne des syndicats demande que le salaire minimum ne soit pas inférieur à 60% du salaire moyen et qu’il évolue vers un salaire minimum vital.
L’étude menée par l’Institut syndical européen (ETUI) a été publiée par Bela Galgoczi dans « Social Europe » (EN).