Un avenir pour les jeunes !

Un avenir pour les jeunes !


Les Jeunes FGTB, ABVV-jongeren et les Jeunes FGTB de Bruxelles, désirent attirer l’attention des membres du Comité fédéral sur l’importance à accorder aux réformes de l’assurance chômage mises sur pied ces dernières années, réformes qui risquent d’être encore aggravées par le gouvernement actuel. Ces mesures ont et continueront d’avoir de graves conséquences sur les conditions de vie des (jeunes) demandeurs d’emploi, mais également sur les conditions de travail et de rémunération de l’ensemble des salariés.


Les attaques contre l’assurance chômage se sont intensifiées sous la précédente législature : dégressivité accrue des allocations de chômage, limitation dans le temps des allocations d’insertion, renforcement des contrôles et sanctions, prolongation du stage d’insertion professionnelle, détérioration de la notion d’emploi convenable… Les exclusions de sans-emploi se compteront par dizaines de milliers en 2015 !


Comme si cela n’était pas suffisant, le nouveau gouvernement d’ultra-droite compte prendre de nouvelles mesures de restriction d’accès aux allocations d’insertion, ce qui ne fera que renforcer la précarité des jeunes à la sortie des études. Ces mesures ont été décidées sans aucune concertation et ont été publiées dans l’urgence au Moniteur ce 31 décembre 2014.


Depuis le 1e janvier 2015, l’âge pour introduire une demande d’allocations d’insertion a été abaissé de 30 ans à 25 ans. Il faudra donc avoir terminé ses études avant l’âge de 24 ans pour pouvoir, après un stage d’insertion d’un an, introduire une demande. Cette mesure touchera principalement des jeunes qui auront effectué des études supérieures, qui se seront réorientés au cours de leur cursus ou qui auront rencontré des difficultés. Parallèlement, les jeunes n’ayant pas atteint l’âge de 21 ans devront avoir réussi (et non plus simplement terminé) leurs études secondaires pour pouvoir bénéficier d’allocations d’insertion. Cette mesure du gouvernement touchera durement les jeunes les plus fragiles et qui ont rencontré des difficultés dans leur parcours scolaire.


Rappelons enfin que l’existence des allocations d’insertion dans notre pays est justifiée par des conditions particulièrement strictes d’accès aux allocations de chômage complètes, basées sur un travail salarié.


Ces mesures, purement idéologiques, ne rapporteront que quelques millions d’euros par an mais pousseront les chômeurs à accepter n’importe quel emploi à n’importe quel prix. Elles doivent donc être combattues à tous les niveaux de pouvoir, tant dans les Régions qu’au fédéral.

 


Les jeunes rappellent le succès de la mobilisation des militants, jeunes et moins jeunes, au cours des derniers mois. C’est pourquoi les jeunes soutiendront tout aussi énergiquement la poursuite d’un plan d’actions ferme et d’intensité croissante, en front commun. Dans ce cadre, nous demandons au Comité fédéral de tout mettre en œuvre pour continuer à préserver les plus vulnérables de nos membres, tant en ce qui concerne leur pouvoir d’achat que le maintien de leurs droits à la sécurité sociale. Ainsi, l’abrogation de la limitation dans le temps des allocations d’insertion, la suppression des deux récentes mesures liées à l’âge et au diplôme en matière d’admissibilité ainsi que toute nouvelle attaque contre l’assurance chômage qui ne ferait que renforcer la précarité (comme la diminution de l’AGR de 50 % après 2 ans) doivent dès à présent figurer dans les combats prioritaires de la FGTB.