Une nouvelle voie pour l’Europe

Une nouvelle voie pour l'Europe

 

Les syndicats européens, regroupés au sein de la Confédération européenne des syndicats (CES), ont lancé la campagne "Une nouvelle voie pour l'Europe" et dessiné les contours d’un plan de relance prenant le contrepied de la politique actuelle. 

Une manifestation européenne est dores et déjà annoncée pour le 4 avril à Bruxelles.
 

En bref

Après cinq années de crise économique et sociale, les politiques d’austérité ont échoué à relancer l’Europe qui a vu ses économies stagner, ses jeunes réduits au chômage ou à l’exode et un fossé se creuser entre différents États membres. La CES présente dès lors un plan de relance visant à faire naître une plus grande solidarité en Europe basée sur les principes de démocratie, de stabilité et de cohésion.


Le plan de la CES pour l’investissement, une croissance durable et des emplois de qualité, expose les grandes lignes de la manière dont l’Europe peut se sortir de la crise en investissant dans une croissance durable et l’emploi grâce à une stratégie audacieuse injectant annuellement 2% de PIB supplémentaires pendant 10 ans pour établir une nouvelle base industrielle et créer des emplois de qualité et des opportunités éducatives. Le nouveau plan de stimulation générera jusqu’à 11 millions de nouveaux emplois en Europe et contribuera à une relance économique et sociale durable au cours de la prochaine décennie.
 

Dans le but de faire entendre ces revendications, une manifestation européenne a été annoncée pour le 4 avril 2014 à Bruxelles. Des informations supplémentaires suivront dès que possible.

 

En savoir +

En quoi consiste ce plan de relance ?

1. Arrêter la spirale infernale de la concurrence interne

Les politiques de dévaluation interne se sont révélées négatives en termes de demande et d’investissement. Ces politiques ont également encouragé une concurrence déloyale sur les salaires, les conditions de travail et le droit du travail. Il faut inverser cette tendance dans le cadre d’une coopération renforcée, via :

  • une coopération fiscale entre autorités fiscales nationales ainsi qu’une harmonisation de l’assiette de l’impôt sur les sociétés ;
  • une réforme des marchés financiers pour rééquilibrer l’économie européenne ;
  • une plus grande collaboration entre autorités nationales et services publics pour favoriser des services publics de qualité sur le long terme ;
  • le renforcement du dialogue social, des négociations collectives et de la participation des travailleurs, en particulier dans le cadre du processus de gouvernance économique au niveau national et européen, l’éducation, la formation et les réformes du marché du travail ;
  • la promotion, le respect et le développement des normes sociales européennes afin de lutter contre les emplois précaires et promouvoir les emplois de qualité.

 

2. Investir 2 % du PIB européen pendant 10 ans dans un plan de relance pour une croissance durable et des emplois de qualité

Pour relancer à long terme nos économies, il faut investir chaque année 2% du PIB européen pendant 10 ans mais cela doit se faire au niveau européen plutôt que comme la somme de différents programmes de relance ou d’investissement nationaux. Les pays et les groupes riches et économiquement plus solides devront contribuer davantage au financement d’investissements futurs.


Le but est de :

  • créer suffisamment d’emplois de qualité, particulièrement pour les jeunes ;
  • réduire les tensions sociales et relever les défis écologiques, sociaux et démographiques ;
  • définir des règles de marché et une orientation politique, canalisant ainsi l’investissement privé en faveur de projets d’avenir innovants ;
  • disposer d’un financement solide et fournir des recettes fiscales pour offrir des services publics et en même temps réduire la dette ;
  • mieux redistribuer les revenus pour réduire les inégalités et combattre la pauvreté;
  • mener des politiques fiscales encourageant l’investissement qui favorise la croissance en termes d’emplois de qualité et incite les entreprises à adopter un comportement socialement responsable.

 

Les secteurs porteurs

L’affectation des investissements peut être basée sur les anciennes priorités de l’UE et de la BEI comprenant :

  • la transformation d’énergie (voir feuille de route énergie 2050, Commission européenne) ;
  • les réseaux et infrastructures de transport (par ex. réseau transeuropéen de transport) ;
  • l'éducation et formation ;
  • le développement des réseaux à large bande ;
  • l'avenir industriel (soutien aux PME – à condition qu’elles appliquent les règles légales et fixées par convention collective, efficacité énergétique et utilisation rationnelle des ressources, prêts à taux réduits, programme de microcrédits, etc.) ;
  • les services publics et privés (par ex. rénovation urbaine, santé et protection sociale) ;
  • les infrastructures et logements adaptés pour personnes âgées ;
  • les logements sociaux ;
  • la promotion d’une gestion durable de l’eau.

     

Une nouvelle voie pour l'Europe, maintenant !

 

Euromanifestation le 4 avril

Dans le cadre de la campagne, une manifestation européenne a été annoncée pour le 4 avril 2014 à Bruxelles. Des informations supplémentaires suivront dès que possible.