Retour

19è conférence sur les changements climatiques

19è conférence sur les changements climatiques

 

Du 11 au 23 novembre se tient à Varsovie la 19ème « Conférence des Parties » sur les changements climatiques. L'objectif : définir pour 2015 un accord contraignant qui vise à maintenir l’élévation des températures moyennes en dessous de 2° C.
 


En bref

Du 11 au 23 novembre se tient à Varsovie la 19e « Conférence des Parties » (COP) sur les changements climatiques. Le processus lancé à Rio en 1992 avait débouché en 1997 sur le protocole de Kyoto qui était un premier engagement concret dans la lutte contre le réchauffement. Mais depuis lors, on n’a pas beaucoup progressé alors que de COP en COP l’urgence se fait de plus en plus pressante. Les dernières négociations internationales sur le climat (COP18 tenue à Doha, Qatar, début décembre 2012) ont abouti à un accord minimaliste, voire médiocre.

 

En savoir +

Les changements climatiques ne connaissent pas de frontières. C’est un problème mondial qu’il faut traiter à ce niveau. Pour répondre à ce défi, une Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a été adoptée au cours du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992. Elle est entrée en vigueur le 21 mars 1994 et a enfin été ratifiée en 2004 par 189 pays.


La CCNUCC est la première tentative, dans le cadre de l'ONU, de mieux cerner ce qu'est le changement climatique et comment y remédier. Il ne comprend aucun objectif juridiquement contraignant, les Parties (=les pays membres des Nations Unies ) s'étant laissé la possibilité de compléter la CCNUCC par des engagements ultérieurs dans le cadre d'un régime international.


Son objectif : « stabiliser, conformément aux dispositions pertinentes de la Convention, les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêchera toute perturbation anthropique (c-à-d. liée à l’activité humaine) dangereuse du système climatique. » (art 2 de la Convention).


Depuis lors, les « Parties » se réunissent chaque année pour évaluer l’évolution des engagements et négocier de nouveaux traités, lors des « Conférence des Parties » (COP).


En 1997, le protocole de Kyoto était adopté. C’ était un premier engagement concret dans la lutte contre le réchauffement mais il n’avait pas été ratifié par tous les pays, dont plusieurs gros pollueurs. Il n’engageait les parties que jusqu’en 2012 et il fallait donc en assurer le suivi.


En 2009, le sommet de Copenhague fut un échec. Ceux de Cancùn (2010), Durban (2011) et Doha ont permis de sauver le processus de négociation international, notamment en lui assignant une nouvelle échéance pour 2015. A cette date, un accord portant sur un cadre juridiquement contraignant, et à la mesure de l’objectif de maintenir l’élévation des températures moyennes en dessous de 2° C doit être adopté.