Retour

27 mars, journée de l’égalité salariale : le coronavirus ne cache pas les inégalités !

27 mars, journée de l’égalité salariale : le coronavirus ne cache pas les inégalités !

En ces temps de confinement et de lutte contre le coronavirus, tout doit être mis en œuvre au sein des entreprises, des familles et au niveau individuel pour lutter contre la propagation de virus. Toutefois, cette crise sanitaire sans précédent ne peut faire oublier les inégalités.

Confinés…tous ne sont pas égaux ! Les nombreuses inégalités qui fractionnent notre société ressurgissent aujourd’hui. Inégalité de revenu, inégalité de traitement, fracture numérique, toutes et tous ne sommes définitivement pas logé-es à la même enseigne.

Si l’heure est à « l’union sacrée » contre le coronavirus, la FGTB plaide pour qu’une telle union se perpétue dans la lutte contre les inégalités salariales entre hommes et femmes.

En cette journée de l’égalité salariale, jour à partir duquel les travailleuses commencent à gagner ce que les hommes gagnaient en 2019, la FGTB plaide pour un salaire minimum à 14€/heure (2.300 €/mois) et pour l’adoption de mesures visant à en finir avec l’inégalité entre hommes et femmes.

En outre, une attention particulière doit être portée à toutes ces femmes surexposées car majoritairement présentes dans des secteurs encore en activité durant cette période de confinement. Nous pensons à ces aides-soignantes, aides familiales, caissières, ambulancières, médecins, techniciennes de surface…

Les femmes savent pourquoi !

En 2020, les femmes doivent travailler 3 mois de plus pour gagner la même chose que les hommes

En 2019, nous pensions que l’écart salarial entre les femmes et les hommes était de 20% et organisions la journée de l’égalité salariale f/h le 14 mars. Une campagne que nous mettions en lien avec le “Fight For 14”, notre revendication d’augmenter le salaire minimum à 14 euros/heure, soit 2.300 euros par mois. Une augmentation du salaire minimum profiterait à de nombreuses femmes occupées dans des emplois et secteurs moins bien rémunérés et réduirait l’écart salarial.

Cette année, nous avons reçu les nouveaux chiffres – plus précis – concernant l’écart salarial f/h. Il en ressort qu’avec 23,7%, l’écart salarial est encore plus élevé que ce que nous pensions ; la journée de l’égalité salariale tombe donc plus tard dans l’année. Les femmes doivent maintenant travailler près de 3 mois de plus pour gagner ce que les hommes gagnaient en 2019… Les choses n’évoluent donc absolument pas dans la bonne direction…

D’où vient cette inégalité ?

Une multitude de facteurs discriminent les femmes et créent cette inégalité salariale. Choix des études/choix professionnel, ségrégation horizontale – les « parois de verre », ségrégation verticale – le « plafond de verre » sont quelques-uns des facteurs explicatifs. En outre, on constate que les avantages extralégaux en sus du salaire viennent également accroître l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes. GSM, laptop et voiture avec carte essence sont plus souvent octroyés aux hommes. La surreprésentation des femmes dans les emplois à temps partiel est également un facteur important dans l’explication de l’écart salarial. Enfin, il existe déséquilibre vie professionnelle-vie privée et rôles et stéréotypes masculins et féminins tenaces : les tâches éducatives et ménagères reposent encore trop sur les épaules de la femme (s’occuper des enfants, des seniors et de membres malades de la famille).

Le coronavirus ne peut pas nuire aux femmes !

Le confinement et les mesures socio-économiques risquent de nuire gravement aux femmes. En effet, la perte de revenu liée à la mise en chômage économique risque d’être importante pour toutes ces femmes employées à temps partiel. Sans parler des risques d’accroissement de violences intrafamiliales liées au confinement.

Cette crise sans précédent met en lumière les inégalités galopantes qui fractionnent et polarisent notre société. A l’occasion de la journée pour l’égalité salariale, la FGTB rappelle son engagement pour lutter contre les discriminations de genre et l’inégalité salariale. Pour la FGTB, un homme est égal à une femme !

 

 

 

Retrouvez toutes les infos sur la journée de l’égalité salariale 2020 dans notre dossier de presse.

Contact :

Nicolas Deprets