Retour

Budget 2022

Décisions du Gouvernement sur le budget 2022 : premières réactions de la FGTB

La FGTB a pris note aujourd'hui du résultat des négociations gouvernementales. Sur base des éléments connus et après une première analyse prudente, nous identifions des mesures positives mais aussi certains points très problématiques.

Parmi les points positifs à relever dans l'accord, nous visons :

  • Les mesures qui réduisent la facture énergétique des citoyens et citoyennes, surtout celles des personnes à faibles revenus (tarifs sociaux), et l’annonce d’un contrôle plus structurel des prix de l'énergie (transformation des prélèvements en accises).
  • Une enveloppe d'investissement supplémentaire (1 milliard € d'ici 2024) pour stimuler la reprise et la transition vers une économie plus respectueuse de l’environnement.
  • Un certain nombre de propositions concernant l'organisation du travail et le marché du travail, telles que l'enregistrement des heures de travail (ce qui permet de mieux comptabiliser les heures supplémentaires), la promotion du droit à la déconnexion ainsi qu’un droit individuel à la formation.

Cependant, les points négatifs sont nombreux :

  • L’exonération des cotisations ONSS à vie pour le premier emploi est maintenue (plan + 1). Ce qui est un comble puisque les interlocuteurs sociaux avaient remis un avis unanime pour le modifier. Coût pour l’État : un demi-milliard € par an.
  • L'agenda de la flexibilité, avec en tête de liste l'extension du travail de nuit dans le commerce électronique. Ce qui satisfait à la demande de Comeos. 
  • La semaine de travail (à temps de travail inchangé) comprimée en 4 jours. Ce n'est absolument pas une réponse à la pression de travail accrue.
  • Les sanctions pour les malades de longue durée. Même si la nuance est de mise ici (le licenciement pour raisons médicales urgentes est limité, p.ex), au bout du processus, il est bien question de sanctions, alors que l'accord de coalition parlait de volontariat.
  • Le manque d'ambition pour imposer des efforts aux plus nantis (la taxe sur les comptes-titres est simplement maintenue mais pas renforcée) et les subsides aux entreprises sont maintenus malgré l'avis unanime des interlocuteurs sociaux. La Belgique reste donc dans le peloton de tête des États les plus généreux en subventions des entreprises (source BNB) ! Pour quels résultats ? 
  • Les services publics vont une fois de plus souffrir de cet exercice budgétaire. 300 millions d’économie en 2022. 150 millions de plus en 2023 et la même chose en 2026 !

En résumé, le manque d’ambition dans la recherche de recettes fiscales et d’une équité fiscale se fait sentir. D’autant plus que les services publics sont durement touchés par cet exercice budgétaire. C’est une occasion manquée d’organiser une répartition plus juste des richesses. La FGTB ne tolérera aucun recul pour les travailleurs et travailleuses, tant en termes de droits sociaux collectifs, que de bien-être au travail ou en termes de revenus.