Retour

COP 18 au Qatar : inquiétude du monde syndical

COP 18 au Qatar : inquiétude du monde syndical

Qatar

 

La prochaine conférence Climat des Nations Unies (COP 18) se tiendra du 26 novembre au 7 décembre à Doha, au Qatar. Le monde syndical s’inquiète de ce choix !

 

Droits du travail bafoués

Les travailleurs et travailleuses migrants, qui représentent 94 % des travailleurs au Qatar, vivent et travaillent dans des conditions inhumaines, privés de tout droit. Ils sont systématiquement exploités, leurs conditions de travail sont dangereuses et la législation ne prévoit pas la liberté syndicale.

Les conditions de vie épouvantables dans les camps de travail outre des salaires de misère fréquemment payés en retard font partie de la réalité quotidienne pour plus d’un million de travailleurs migrants, dont la majorité sont employés dans la construction de chantiers de grande envergure, notamment des infrastructures destinées à accueil la Coupe du monde de football en 2022.
 

Grand émetteur de CO2

De plus, le Qatar est également le plus grand émetteur de CO2 au monde par habitant et est connu pour avoir entravé les négociations climatiques précédentes.

Si les négociations de Durban (COP17) ont permis de sauver le processus climatique de l’ONU pour ouvrir la voie à un tour final de discussions en vue d’un prochain accord sur le climat, un tel choix pour accueillir la prochaine COP n’est pas un bon signal.

 

Les syndicats resteront vigilants

Nos préoccupations seront soumises à nos hôtes qataris et il faudra s’assurer que les droits de l’homme (y compris les droits des travailleurs), la transition juste et le travail décent soient au centre du dialogue avec l’équipe organisatrice de la COP 18.

L’action des syndicats sera en tout cas à la mesure de ce choix et de cette situation.