Retour

En direct de Varsovie pour la conférence sur le climat

En direct de Varsovie pour la conférence sur le climat


Samedi 16 novembre, le Train pour le climat en provenance de Bruxelles est arrivé vers 13h dans la grisaille de Varsovie, avec à son bord 750 belges venus demander l’accélération des négociations sur le climat. Une délégation de jeunes de la FGTB était du voyage.


En bref

Les participants belges arrivés à Varsovie à bord du Train pour le climat ont pu participer à la grande manifestation pour le climat organisée en marge de la conférence pour le climat.

Parallèlement, les travaux de négociation se sont poursuivis ce weekend. On attend de ce sommet la réalisation de trois objectifs relatifs au financement, aux pertes et préjudices subis par les petits pays insulaires et au programme de travail en vue d’un nouvel accord de 2015.


En savoir +

Manifestation pour le climat

Le train a été accueilli par Daniel Van Daele et le Chef de Délégation belge, Peter Wittoek dont l’émotion était palpable lorsqu’il a vu l’enthousiasme de cette foule bigarrée venue participer à la traditionnelle manifestation de la société civile qui a lieu en marge de la conférence pour le climat.


Lors de cette manifestation, Sharan Burrow, Secrétaire Générale de la Confédération syndicale internationale, arborant pour l’occasion les couleurs de la FGTB a pris la tête la délégation syndicale et du cortège.


Négociations

Concernant les négociations, on tente de nous convaincre que les choses avancent. Mais la multiplication de réunions sur des sujets bien spécifiques et très techniques laisse les délégués officiels dubitatifs. Par moment, près de 40 réunions se sont tenues en même temps, ce qui donne une vision peu claire de l’état d’avancement du processus.
Samedi tard dans la nuit, la première semaine dite préparatoire et technique s’est achevée. Laissant aux responsables politiques attendus à partir de ce lundi le soin de trancher les dossiers qui nécessitent un arbitrage.


Objectifs

Pour ne pas parler d’échec à Varsovie, trois dossiers devraient connaitre des avancés :

  • La question du financement : les pays en développement attendent des pays développés qu’ils présentent des précisions sur la manière dont ils vont trouver et gérer les 100 milliards de $ /an qu’ils ont promis à partir de 2020 ;
     
  • Le dossier «pertes et préjudices » : revendication initialement portée par les petits pays insulaires qui risquent de disparaitre. Il ne s’agit pas ici de donner les moyens de « s’adapter » aux conséquences des changements climatiques, mais de voir comment répondre aux pertes et préjudices déjà engendrés par les changements climatiques. Les pays en développement veulent voir apparaitre ce concept dans les programmes de travail des Nations Unies ;
     
  • Le programme de travail en vue d’un prochain accord en 2015 : les participants attendent des éclaircissements sur les contours du futur accord qui devrait être adopté à Paris en 2015. Un projet d’accord doit d’ailleurs être rédigé à la prochaine conférence pour le climat à Lima en 2014.

 

Séminaires

En parallèle à cette manifestation et aux négociations, 2 séminaires se sont tenus ce samedi 16 novembre : le premier organisé par la Confédération syndicale internationale (CSI) sur la question du lien entre la science et les processus industriels durables, le second par la Confédération européenne des syndicats (CES) sur la Transition Juste et son application dans certaines pays européens.


Lors de ce dernier séminaire, la FGTB a eu l’occasion de présenter les travaux menés en la matière par les syndicats belges. Que ce soit au sein du Conseil central de l’économie, du Conseil fédéral du développement durable ou encore sur le terrain via la formation et la sensibilisation de nos délégués au sein de RISE, BRISE et Arbeid en Milieu (A&M).