Retour

Ensemble, on est plus forts

Ensemble, on est plus forts

 

La FGTB constate avec regret que son action en marge du Sommet européen du 24 mars (qui devait se dérouler avant de rejoindre celle de la CES) a été interprétée par la CSC comme une volonté de diviser ou de rompre le front commun syndical. Ce n’était pas le but !

 

Pour les militants de la FGTB, il était important, avant de rejoindre la mobilisation de la CES, de pouvoir aussi manifester leur inquiétude auprès des institutions qui, en Belgique, se font le relais du diktat de la droite européenne (entre autres Electrabel, BNB, et les employeurs européens de Business Europe). Cette action a toujours été ouverte à tous mais la CSC, ce que nous comprenons et respectons, ne se retrouvait pas dans cette démarche. Il est vrai que notre stratégie de mobilisation diverge depuis le rejet du projet d’AIP par 52% des travailleurs belges.

 

Pour la FGTB, il est regrettable que la décision de la CSC soit de s’isoler et de se retirer de l’action prévue, ensemble, en front commun, de 11h à 14h rue de la Loi.

 

Soyons de bon compte, la FGTB n’a pas vu de malice dans le fait que son homologue mène seul sa campagne « Help Heinrich », précisément contre la gouvernance économique.
La FGTB ne s’est pas non plus offusquée de ce que la CSC fasse cavalier seul dans le cadre de la journée annuelle sur les accidents du travail (28 avril), traditionnellement organisée en front commun syndical. Nous avons toujours privilégié le front commun à l’occasion d’enjeux majeurs, nous gardons néanmoins chacun nos spécificités et nos sensibilités, et c’est respectable.

 

La FGTB en appelle à l’apaisement et à la solidarité.


La FGTB et la CSC se retrouveront d’ailleurs, côte à côte, au sein de la CES, le 9 avril prochain dans le cadre de l’euro-manifestation de Budapest.