Retour

FAQ COVID-19 | Je travaille

FAQ COVID-19 | Je travaille

 

Toutes les réponses à vos questions en lien avec votre emploi et le coronavirus : quarantaine, symptômes, contacts rapprochés, tests, obligations de l'employeur, télétravail, congés, changements d'affectation, travail étudiant...

 

  1. J'ai été à l'étranger dans une région affectée, de retour au travail mais pas malade. Mon employeur peut-il m'obliger à rester à la maison ?
  2. Je suis de retour au travail et présente des symptômes de maladie. Que faire ?
  3. Je suis entré en contact avec un collègue porteur du coronavirus. Que dois-je faire ?
  4. Mon employeur peut-il m'obliger à travailler à domicile ?
  5. Ai-je droit au télétravail de chez moi ?
  6. Mon employeur devrait-il intervenir financièrement pour me permettre de télétravailler à domicile ?
  7. Si je télétravaille, suis-je couvert en cas d’accident de travail ?
  8. Mon employeur peut-il m'obliger à prendre mes jours de congés ?
  9. Mon employeur peut-il m’obliger de prendre mes jours de repos compensatoires?
  10. Mon employeur peut-il m'obliger à prendre mes jours de RTT ?
  11. Mon employeur peut-il fermer ?
  12. Mon employeur doit-il mettre à ma disposition le nécessaire pour assurer une bonne hygiène des mains ?
  13. Mon employeur doit-il mettre des masques à ma disposition ?
  14. Mon employeur peut-il mesurer ma température à titre préventif ?
  15. Mon employeur peut-il me renvoyer chez moi s'il pense que je suis malade ?
  16. Mon employeur peut-il demander au médecin du travail de m'examiner s'il pense que je suis malade ?
  17. Que peut faire mon employeur si j'ai eu un contact avec une personne infectée ?
  18. Mon employeur peut-il m'obliger à consulter le médecin du travail avant que je ne reprenne le travail après la fermeture temporaire ?
  19. Mon employeur peut-il me faire passer un test COVID-19 par voie bucale ou nasale ("test PCR") ?
  20. Puis-je refuser un test PCR ?
  21. Mon employeur peut-il vérifier si je suis immunisé contre la COVID19 ?
  22. Puis-je refuser un test sanguin ?
  23. Mon employeur peut-il exiger que je soumette un certificat médical ?
  24. Mon employeur peut-il m’imposer d’installer l’application Corona-alert?
  25. Qu’en est-il s’il s’agit d’un smartphone professionnel ?
  26. Puis-je refuser d'entrer en contact avec des tiers ?
  27. Que faire si je dois travailler au domicile d’une personne de manière professionnelle (secteur non-médical) ?
  28. Que dois-je faire si je dois travailler au domicile d’une personne de manière professionnelle (secteur médical) ?
  29. Compte tenu des circonstances, mon employeur peut-il m'obliger à occuper un autre poste ?
  30. Qu'est-ce qui a été décidé dans le domaine du travail étudiant ?

1. J'ai été à l'étranger dans une région touchée, je suis retourné travailler mais je ne suis pas malade. Mon employeur peut-il m'obliger à rester à la maison?

Non, seul le gouvernement peut mettre les citoyens en quarantaine.

L'employeur a l'obligation de fournir du travail. S'il ne le fait pas, cela peut être considéré comme une modification unilatérale du contrat de travail. Cette invocation entraîne normalement la résiliation du contrat de travail, ce qui n'est généralement pas la solution souhaitée. Si vous n'invoquez pas le changement unilatéral, vous pouvez exiger un salaire pour les jours où vous n'êtes pas autorisé à venir travailler.

Vous pouvez également opter pour d'autres solutions telles que télétravail / congé / récupération, etc. Tout cela d'un commun accord entre vous et votre employeur. De telles solutions peuvent également être discutées au sein du Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT). Faites appel à votre délégué pour vous aider.

2. Je suis de retour au travail et je présente des symptômes de maladie.

Vous ne pourrez alors plus continuer à travailler. Contactez le médecin du travail et votre médecin par téléphone.

Si vous présentez des symptômes pouvant indiquer une maladie à coronavirus (toux, mal de gorge, écoulement nasal, fièvre, ..) ou si quelqu'un dans votre région présente ces symptômes, appelez votre médecin. N'allez pas dans la salle d'attente ou aux urgences.

Gardez vos distances avec les autres. Couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir jetable lorsque vous éternuez ou toussez. Jetez les mouchoirs en papier dans une poubelle avec couvercle et lavez-vous les mains plus que régulièrement.

Votre médecin peut même vous adresser un certificat médical par e-mail s'il s'agit du médecin-conseil de la caisse maladie. Seul un médecin peut décider que vous n'êtes plus malade. Un simple contact téléphonique ne peut jamais conduire à la décision de mettre fin à l'incapacité de travail. La décision de mettre fin à l'incapacité de travail ne peut être prise qu'après une consultation physique de votre médecin-conseil.

3. Je suis entré en contact avec un collègue qui semble être malade du coronavirus. Que suis-je supposé faire ?

Contactez vos représentants du CPPT et votre employeur. Acceptez de rester à domicile préventivement (télétravail / congé / récupération / ...). Votre employeur est dans tous les cas obligé de faire tout ce qui est en son pouvoir pour vous permettre de travailler à domicile.

4. Mon employeur peut-il m'obliger à travailler à domicile ?

Dans des circonstances normales, non (la modification unilatérale d'une partie essentielle du contrat de travail pourrait être invoquée). Cependant, le gouvernement a maintenant exigé que le télétravail soit la norme pour toute fonction permettant le télétravail. Vous trouverez plus d'informations dans cet article. 

Compte tenu de cette mesure gouvernementale, votre employeur est obligé de vous faire effectuer du télétravail si votre poste le permet. En raison de la situation exceptionnelle dans laquelle nous nous trouvons, votre employeur peut donc vous obliger à faire du télétravail depuis votre domicile et nous vous recommandons vivement de vous y conformer. Non seulement pour votre propre santé, mais aussi pour la santé de vos collègues et de vos proches.

5. Ai-je droit au télétravail de chez moi ?

Dans des circonstances normales, le télétravail n'est possible que sur une base volontaire et avec l'accord de votre employeur. Cependant, le gouvernement a maintenant exigé que le télétravail soit la norme pour toute fonction qui permet le télétravail.

Compte tenu de cette mesure gouvernementale, votre employeur est obligé de vous faire effectuer du télétravail si votre poste le permet.

Les travailleurs qui, pour quelque raison que ce soit, ne peuvent pas effectuer de télétravail (nature du poste, continuité des opérations, des activités ou des services) et doivent encore se rendre sur le lieu de travail, doivent obtenir un certificat de leur employeur pour le démontrer.

6. Mon employeur doit-il intervenir financièrement pour me permettre de faire du télétravail à domicile ?

L'employeur est responsable de la mise à disposition, de l'installation et de l'entretien des équipements nécessaires au télétravail. L'employeur doit rembourser ou payer les frais de connexion et de communication liés au télétravail.

Si le télétravailleur utilise son propre équipement, les coûts liés au télétravail pour l'installation des programmes informatiques, l'exploitation et la maintenance, ainsi que les coûts d'amortissement de l'équipement, sont à la charge de l'employeur.

Le ministère des Finances, quant à lui, a mis un projet de demande à la disposition des employeurs pour obtenir la confirmation que s'ils accordent à leurs travailleurs une allocation à domicile pour télétravail dans le cadre des mesures covid-19 du gouvernement, il s'agit d'un avantage exonéré d'impôt. C'est le cas si le remboursement s'élève au maximum à 126,94 euros par mois.

La seule condition est que les travailleurs concernés renoncent à tout remboursement éventuel des frais de bureau qu'ils perçoivent actuellement. Cette allocation est également exonérée de charges sociales.

Les employeurs qui ont précédemment remboursé les frais de leurs télétravailleurs sur la base de 10% du salaire brut liés aux services à domicile prévus dans l'accord de télétravail (une indemnité de 10% du salaire brut total n'est pas acceptée) peuvent continuer à payer cette indemnité.

Si l'indemnité précédemment accordée est inférieure à 126,94 euros, il vaut bien sûr mieux en tant que salarié que votre employeur vous verse l'indemnité maximale de 126,94 euros par mois. Cette allocation est également exonérée de charges sociales.

En plus de cette allocation, l'employeur peut rembourser les frais suivants:

• utilisation de votre propre ordinateur - un forfait de 20 EUR maximum par mois est accepté par l'ONSS ;

• utilisation de votre propre connexion Internet - un forfait de 20 EUR maximum par mois est accepté par l'ONSS.

Si le salarié doit supporter d'autres frais (utilisation de son propre téléphone, achat d'un écran ou d'un scanner, ...), l'employeur peut également les rembourser.

Il n'y a pas de forfait général pour cela, le remboursement doit être basé sur les coûts réels.

7. Si je télétravaille, suis-je couvert en cas d’accident de travail ?          

Un accident de travail d’un télétravailleur est considéré comme un accident survenu pendant l’exécution du contrat, et est donc couvert en accident de travail, à condition que :

  • L’accident survienne sur le lieu mentionné par écrit comme étant le lieu de travail du télétravailleur. Cette définition peut recouvrir plusieurs lieux. La mention écrite peut figurer dans une convention de télétravail ou dans tout autre écrit autorisant de manière générique ou ponctuelle, collective ou individuelle le télétravail. C’est donc très large pour autant qu’on dispose d’une preuve écrite.  Si le(s) lieu(x) n’est/ne sont pas mentionné(s), il est tenu compte du domicile ou du/des lieu(x) où le télétravailleur télétravaille habituellement.
  • L’accident survient durant la période de la journée mentionnée par écrit comme étant la période durant laquelle le membre du personnel peut travailler. Si la période n’est pas mentionnée, il est tenu compte des heures de travail que le télétravailleur devrait prester s’il travaillait dans les locaux de l’employeur.

Sont également couverts comme accidents sur le chemin du travail :

  • le trajet aller ou retour entre le domicile du télétravailleur et l’école ou le lieu de garde des enfants ;
  • le trajet aller ou retour entre le domicile du télétravailleur et le lieu où le télétravailleur mange ou achète son repas.

En cas d’accident, le travailleur doit veiller à contacter son employeur le plus rapidement possible et veiller à conserver des preuves de ce qui s’est passé (certificats, témoignages, photos, etc.).

8. Mon employeur peut-il m'obliger à prendre mes jours de vacances?

Non. Les vacances sont prises d'un commun accord.

9. Mon employeur peut-il m'obliger à prendre mes jours de repos ?

Compte tenu de l'obligation "d'accorder" un repos de rattrapage pendant la période de référence et des exceptions limitées pour accorder un repos de rattrapage en dehors de la période de référence actuelle, il nous semble qu'un employeur peut exiger d'un employeur qu'il prenne des jours de repos de rattrapage. Ceci est bien sûr mieux fait en concertation.

10. Mon employeur peut-il m'obliger à prendre mes jours de RTT ?

Dans la lignée des jours de récupération, il nous semble qu'un employeur peut obliger ses travailleurs à prendre des jours de RTT.

Certainement en ce qui concerne les jours de RTT qui se traduisent par un temps de travail moyen de 38 heures/semaine, étant donné qu'ils doivent être pris dans la période de référence actuelle.

Encore une fois, ceci est mieux en concertation.

11. Mon employeur peut-il fermer?

Oui. En cas de fermeture temporaire, il peut éventuellement prétendre au chômage temporaire pour force majeure s'il peut démontrer que la cessation de l'activité est le résultat du virus. Cependant, si l'employeur décide de fermer les portes pour des raisons de prévention, il ne peut prétendre au chômage temporaire et doit payer le salaire des salariés. Seul le gouvernement peut décider de la quarantaine.

12. Mon employeur doit-il mettre à ma disposition le nécessaire pour assurer une bonne hygiène des mains ?

L’employeur est tenu de garantir un lieu de travail sûr et sain. L’employeur doit assurer que le travailleur ait de quoi se laver les mains régulièrement: eau et savon. L’utilisation de solution hydro-alcoolique n’est pas nécessaire sauf si le travailleur n’a pas d’eau à sa disposition.

13. Mon employeur doit-il mettre des masques à ma disposition ?

L’employeur doit organiser le travail selon les principes généraux de la prévention. Par exemple, le télétravail est la norme pour éviter les risques.

A chaque niveau (groupes, fonctions, postes de travailleurs), il est tenu d’analyser les risques physiques, biologiques, psychosociaux, émotionnels, ergonomiques. Ils analyse aussi les interactions entre ces risques. La prévention doit être planifiée selon une approche par système qui tient compte de l’organisation du travail, de la technique, des conditions de vie au travail, des relations sociales et des facteurs ambiants au travail. Les déplacements doivent être pris en compte.

Dans l’entreprise, le travail est organisé de manière à ce que les risques soient limités autant que possible.

On parle de gestion dynamique des risques car les analyses des risques et les mesures de prévention sont évaluées et redéfinies à chaque changement dans l’entreprise. Tout comme l’analyse des risques, les mesures de prévention sont soumises à l’avis des représentants des travailleurs et les experts des services de prévention et de protection au travail sont consultés.

L’éventail de mesures de prévention possibles est large. Les mesures de protection collectives ont priorité par rapport aux mesures de protection individuelles. Si la gestion dynamique des risques –obligatoire !- a conclu à l’utilisation des masques comme mesure de prévention, l’employeur doit fournir ces masques en suffisance aux travailleurs, se charger de leur entretien, informer et former les travailleurs sur la manière de les porter.

14. Mon employeur peut-il mesurer ma température à titre préventif ?

Les travailleurs souhaitent travailler tant qu'il n'y a pas de vaccin contre la COVID-19 et c'est compréhensible. Pour répondre à cette peur, les employeurs souhaitent parfois passer un test de température à l'entrée de l'entreprise. Cependant, un employeur ne peut pas forcer les employés à se faire tester et ainsi traiter leurs données de santé.

15. Mon employeur peut-il me renvoyer à la maison s'il pense que je suis malade ?

Un employeur ne peut pas demander à un travailleur de fournir la preuve d'un test COVID-19 négatif. Même s'il pense que quelqu'un est malade ou présente des symptômes, il ne peut pas lui interdire de venir travailler. Il peut par contre exiger qu'il soit examiné par son médecin généraliste. Si le salarié se rend chez son médecin généraliste, il peut juger si celui-ci est effectivement malade et ne peut pas venir travailler. Le salarié recevra alors un certificat d'incapacité de travail et aura droit à un salaire garanti.

16. Mon employeur peut-il demander au médecin du travail de m'examiner s'il pense que je suis malade ?

Le médecin du travail n'a pas de mission spécifique pour identifier les salariés malades présentant des symptômes ressemblant à une «grippe» et les envoyer en arrêt maladie. L'employeur ne peut que vous demander de rentrer chez vous et de consulter votre médecin.

17. Que peut faire mon employeur si j'ai eu des contacts avec une personne infectée ?

Ici aussi, l'employeur peut insister pour que le travailleur se rende chez son médecin. Si le médecin généraliste juge que l'employé est apte au travail, il peut délivrer un certificat de quarantaine. Le médecin généraliste le fera lorsqu'il jugera que le travailleur ne devrait pas être autorisé à se rendre sur son lieu de travail parce qu'il a été en contact étroit avec une personne infectée par la Covid-19 ou est lui-même infecté, mais ne présente aucun symptôme.

Si le télétravail est possible, le salarié reçoit son salaire normal de l'employeur. Si le télétravail n'est pas possible, l'employeur pourra placer le salarié en chômage temporaire, de sorte que le salarié aura droit à des allocations de chômage pendant son absence.

18. Mon employeur peut-il m’obliger à consulter le médecin du travail avant de reprendre le travail après le confinement ?

Un employeur ne peut obliger ses salariés à consulter / examiner le médecin du travail avant de reprendre le travail. Un examen de reprise de travail n'est possible que si le salarié exerce un travail pour lequel une surveillance médicale est requise et s'il s'est absenté pendant 4 semaines sans interruption en raison d'une maladie, d'un accident, d'un trouble ou d'une grossesse.

Un employeur peut informer le médecin du travail s'il estime que l'état de santé du salarié augmente les risques liés au poste de travail ou si le salarié lui-même se plaint d'inconfort ou présente des signes de trouble pouvant être attribués à ses conditions de travail. Le médecin du travail vérifiera alors si un examen médical est nécessaire pour ce salarié.

19. Mon employeur peut-il me tester pour le COVID-19 avec un prélèvement de gorge ou de nez («test PCR»)?

En principe, des tests médicaux ou des examens médicaux ne peuvent être effectués pour obtenir des informations sur l'état de santé d'un travailleur. De tels tests ou examens ne sont autorisés que lorsque l'aptitude d'un travailleur doit être vérifiée pour les caractéristiques spécifiques de son poste de travail. Ce ne sera le cas que pour un travailleur qui entre en contact professionnel avec la COVID-19, tel qu'un agent de santé.

Dans ce cas, le médecin du travail peut demander un test et réaliser le test. Il communiquera sa décision à l'employeur au moyen d'un formulaire d'évaluation de la santé. Il ne doit contenir ni diagnostic ni résultat du test.

20. Puis-je refuser un test PCR ?

Le plus souvent. Néanmoins, un conseiller en prévention-médecin du travail peut décider de manière indépendante sur la base d'une analyse des risques si une surveillance médicale est nécessaire. Il détermine les procédures et / ou tests médicaux appropriés. Dans les deux cas, le formulaire d'évaluation de la santé ne peut qu'indiquer si le travailleur est apte ou non et, si nécessaire, indiquer que l'employé doit être envoyé en congé de maladie.

Ce sera le cas des travailleurs qui entrent régulièrement en contact avec des patients infectés par la COVID-19 (agents de santé, centres de soins résidentiels, institutions publiques comme les prisons). Il est nécessaire de répéter régulièrement ces tests.

21. Mon employeur peut-il vérifier si je suis immunisé contre la COVID19 ?

Un test sanguin peut déterminer si vous êtes partiellement immunisé contre la COVID-19. En règle générale, un employeur n'est pas autorisé à faire un test sanguin sur ses travailleurs car ce test vérifie l'état de santé de l'employé.

Il est interdit par la loi à un médecin généraliste de faire de tels tests sanguins à la demande des employeurs : les associations de médecins généralistes demandent à juste titre l'arrêt de ces pratiques.

22. Puis-je refuser un test sanguin ?

Le plus souvent. Néanmoins, un conseiller en prévention-médecin du travail peut décider de manière indépendante sur la base d'une analyse des risques si une surveillance médicale est nécessaire. Il détermine les procédures et / ou tests médicaux appropriés. Ce sera le cas des travailleurs qui entrent régulièrement en contact avec des patients infectés par la COVID-19 (agents de santé, centres de soins résidentiels, institutions publiques comme les prisons).

Les tests sanguins donnent également un faux sentiment de sécurité : est-ce que toutes les personnes atteintes de la maladie produisent des anticorps ? Dans quelle mesure les anticorps fournissent-ils une protection ? Combien de temps offrent-ils une protection ? Quel quantité d'anticorps est nécessaire pour assurer la protection ?

23. Mon employeur peut-il me demander de fournir un certificat médical ?

Uniquement en cas d'incapacité de travail.

L'exigence d'un certificat d'aptitude a été considérée par la Cour suprême le 11 mars 1985 comme une violation de l'obligation de l'employeur de fournir un emploi.

Après tout, aucune disposition légale n'autorise l'employeur à exiger d'un salarié qui se déclare apte à l'accomplissement de son travail de présenter une attestation d'aptitude délivrée par son médecin traitant.

24. Mon employeur peut-il m’imposer d’installer l’application Corona-alert?

Non. L’installation et l’utilisation de l’application ne peut se faire que sur base volontaire. A cet égard, la loi précise que si une entreprise oblige un individu (lire « travailleur ») oblige à installer, utiliser et/ou désinstaller l’application, elle peut être sanctionnée.

Dans le même ordre d’idée, l’installation, l’utilisation ou la désinstallation ne peut donner lieu à aucune mesure de nature civile ou pénale, aucun acte discriminatoire et aucun avantage ou désavantage. Le préambule précise d’ailleurs qu’un l’employeur ne peut pas obliger ses travailleurs à installer une application numérique et qu’il ne peut influencer les travailleurs par le biais d’avantages, de primes, etc.

Cependant, le fait qu’un individu ait ou non installé l’application pourrait avoir un impact par la suite : les médecins prescrivant un test sont obligés de déclarer cette information à Sciensano. Cet élément entache grandement le caractère volontaire tant vanté par le texte. Relevons également que l’efficacité de l’application est proportionnelle au nombre d’installations et d’utilisation mais cela ne peut en aucun cas être un motif pour obliger quelqu’un à installer et utiliser l’application.

L’employeur peut en revanche encourager ou inciter les travailleurs à installer l’application.

25. Qu’en est-il s’il s’agit d’un smartphone professionnel ?

Il est évident que l’employeur n’a aucun droit au regard du smartphone privé d’un travailleur. En revanche, l’employeur dispose d’un certain droit de regard sur l’appareil fourni par l’entreprise et peut faire en sorte (en les envoyant via un Mobile Device Management par exemple) que certaines applications soient installées dessus, dont Coronalert. Ce qui ne signifie cependant pas que le travailleur soit obligé de l’utiliser : même si l’employeur peut demander que l’application soit installée, il ne pourra d’aucune manière exiger du travailleur qu’il l’utilise.

L’employeur n’est pas une partie impliquée dans l’application et ne sera pas non plus informé d’un contact à (haut) risque (ce qui n’est pas forcément le cas des applications développées par d’autres acteurs privés).

26. Puis-je refuser d'entrer en contact avec des tiers ?

En principe, le salarié apte au travail est tenu d'accomplir son travail comme convenu. Cela ne devrait pas vous empêcher de consulter votre employeur pour protéger votre santé et votre sécurité. L'employeur a l'obligation d’y veiller.

27. Et si je dois travailler à domicile pour un professionnel (secteur non médical) ?

Si la personne pour laquelle vous devez travailler est possiblement infectée ou présente des symptômes, elle doit en informer votre employeur afin que vous n'ayez pas à travailler pour cette personne. Il est logique que pour des raisons de santé, vous ne deviez pas vous rendre chez une personne (éventuellement) malade.

Si la personne pour laquelle vous devez travailler est en quarantaine, elle doit aviser votre employeur afin que vous n'ayez pas à travailler pour cette personne. Une quarantaine signifie que le contact avec les autres est évité autant que possible, il est donc logique que vous ne travailliez pas au domicile de cette personne.

Si vous êtes néanmoins obligé de travailler dans une zone à risques, des conditions de protection très strictes sont requises.

Votre employeur est obligé avant l'embauche :

  • d’effectuer une analyse des risques avec conseil du médecin du travail - conseiller en prévention ;
  • de tenir une liste des noms des travailleurs impliqués ;
  • d’assurer une protection collective et individuelle ;
  • de fournir des installations de lavage et de toilette adéquates et suffisantes ;
  • de fournir des vêtements et des aides de travail appropriés et protecteurs ;
  • de fournir des informations et dispenser une formation appropriée.

Si votre employeur refuse d'appliquer ces conditions de protection, appelez l'inspection sociale et faites appel à votre délégué pour vous assister.

28. Et si je dois travailler à domicile pour un professionnel (secteur médical) ?

Si vous travaillez dans le secteur médical, la contamination par une personne (éventuellement) malade est l'un des risques propres à la profession.

Afin de s'adapter le plus possible ici, des lignes directrices spécifiques ont été émises par les autorités compétentes.

29. Compte tenu des circonstances, mon employeur peut-il m'obliger à effectuer un autre travail ?

Cela peut être considéré comme une modification unilatérale du contrat de travail. Cette invocation entraîne normalement la résiliation du contrat de travail, ce qui n'est généralement pas la solution souhaitée. Il convient d'apprécier au cas par cas si l'exercice d'un autre poste est préférable au chômage temporaire. Dans tous les cas, nous vous recommandons de faire appel à votre délégué pour vous assister.

30. Qu'est-ce qui a été décidé pour le travail étudiant ?

Les heures de travail étudiant effectuées pendant les mois d'avril, mai et juin ne sont pas prises en compte sur le quota de 475 heures que chaque étudiant peut travailler annuellement sur une cotisation de solidarité au lieu des cotisations ordinaires de sécurité sociale.

Tant dans l’enregistrement Dimona que dans la déclaration DmfA par la suite, les prestations des mois d'avril, mai et juin ne seront pas prises en compte.

Les employeurs ne peuvent pas mettre leurs propres travailleurs au chômage temporaire et utiliser des étudiants à la place. De plus, même dans le cas du travail d'étudiants, les mesures de prévention et de précaution nécessaires doivent être respectées !