Retour

La FGTB appelle à la reconstruction d’une Europe de la solidarité

La FGTB appelle à la reconstruction d’une Europe de la solidarité

A l’occasion de la journée de l’Europe, la FGTB plaide pour que l’Europe de l’austérité fasse place à l’Europe de la solidarité. Devant la défiance des citoyens et à fortiori des travailleurs à l’égard de l’Union Européenne et les failles évidentes d’une gestion idéologique des crises économiques et financières successives, la FGTB propose une Europe rouge et verte !

Il y a 70 ans, les bases du projet européen étaient posées au travers de la déclaration Schuman. Un projet de paix, d’intégration économique et les balbutiements d’une solidarité transnationale faisaient rêver un continent entier et laissaient le monde entier admiratif.

Toutefois, ce rêve s’est transformé ces dernières années en cauchemar pour de nombreux travailleurs européens.

Dominée par des logiques capitalistes, l’Europe n’a cessé de susciter colère et mécontentement des travailleurs. Dumping social, traité de libres échanges qui mettent en danger leurs droits et protection, une union économique, mais rien ou très peu en matières de droits sociaux… L’image de l’Union européenne auprès des travailleurs est délétère. S’ajoute à ces pratiques, le carcan budgétaire imposé au lendemain de la crise financière et des dettes souveraines qui se sont matérialisés dans un pacte budgétaire (le TSCG). Depuis lors, l’austérité imposée aux Etats membres a conduit à des privatisations, libéralisations entières ou partielles de secteurs, rabotages de droits sociaux essentiels (pensions, chômages, accès aux soins de santé, etc…).

Les leçons du coronavirus

La crise du coronavirus a mis en exergue des problématiques fondamentales. Nous l’avons vu, nombre de secteurs et de travailleurs sont essentiels à la bonne marche de notre pays et de l’Europe. Des fonctions longtemps oubliées dans les placards de l’administration européenne et pour lesquelles il n’y a aucune considération. Cela doit cesser ! L’utilité et l’importance des travailleurs doivent être reconnues !

Cette crise sanitaire a également remis au centre de nos préoccupations l’efficacité et le bon fonctionnement de notre sécurité sociale et de nos services publics. C’était une évidence, c’est aujourd’hui une urgence, ces patrimoines doivent être préservés et renforcés.

L’Europe de l’austérité doit faire place à l’Europe de la Solidarité

La gestion européenne du début de la crise du coronavirus a montré les faiblesses d’une Europe dominée par l’égoïsme et prise à défaut devant ses propres contradictions.

L’Europe est aujourd’hui à un tournant ! Les réponses qu’elle formulera dans les jours à venir aux défis sociaux, environnementaux et économiques seront prépondérantes. Pour la FGTB, il est hors de question que l’Europe repousse aux calendes grecques ces enjeux fondamentaux.

L’Europe devra refonder sa politique budgétaire. L’austérité ne peut pas être la solution privilégiée. Au contraire, l’Europe doit plus que jamais se montrer solidaire et ce également sur le plan budgétaire. A cet égard, la FGTB plaide pour l’annulation perpétuelle des dettes contractées à l’occasion du coronavirus. Elle exige également que le cadre budgétaire européen soit fondamentalement revu. Car au lendemain de cette crise, les Etats devront impérativement investir pour reconstruire une économie européenne qui réponde aux défis climatiques, économiques et sociaux. Dès lors la FGTB enjoint l’Europe à présenter un projet industriel européen fort valorisant les compétences des Etats membres et de leurs travailleurs en relocalisant des industries essentielles. La FGTB exige également que l’Europe rompe avec les traités d’austérité. Il est temps d’en finir avec l’austérité aveugle et de sortir définitivement de ce carcan. Notamment par le biais de fonds de relance, de corona-bons et une redistribution des richesses. L’Europe doit également s’atteler au démantèlement des paradis fiscaux et établir une taxe numérique.

Enfin, l’Europe ne peut repousser les quelques projets sociaux qui faisaient cruellement défaut. La FGTB exige que la Commission tienne ses engagements en matière de réduction de l’écart salarial entre hommes et femmes, l’établissement d’un salaire minimum européen dans chacun des Etats membres et des protections sociales renforcées pour les travailleurs. Ce sont là des enjeux cruciaux pour lutter efficacement contre le dumping social à un niveau européen.

Suite à la crise du coronavirus, le monde a changé. L’Europe doit évoluer, aussi !