Retour

La FGTB refuse les nouvelles sanctions à l’égard des jeunes demandeurs d’emploi

La FGTB refuse les nouvelles sanctions à l'égard des jeunes demandeurs d'emploi

La FGTB a remis un avis négatif au comité de gestion de l’ONEM sur le projet d’arrêté royal de la ministre de l’emploi Monica De Coninck. Ce projet vise à renforcer le contrôle et les sanctions des jeunes chômeurs.

 

Comment ? En introduisant un premier contrôle au 7ème mois du stage d’insertion et un second au 11ème mois. Le jeune devra dorénavant obtenir deux contrôles positifs pour ouvrir son droit à des allocations de chômage dites « d’insertion ».

 

Cette mesure frappe les jeunes d’une double sanction. D’une part on retarde l’admission de ces jeunes au chômage de six mois et, d’autre part, on écourte leur durée d’indemnisation de six mois, le tout sans leur offrir un réel accompagnement !

 

Le Gouvernement parie sur une économie de 64 millions réalisée via cette mesure, ce qui signifie qu’un entretien sur quatre est supposé être négatif… Voilà qui nous laisse penser que les services chargés du contrôle seront priés de « faire du chiffre » pour atteindre les objectifs budgétaires alors que 22% des jeunes en Belgique cherchent un emploi, qui est introuvable.

 

Pour la FGTB, il est totalement inacceptable de continuer à faire des économies de bouts de chandelle en précarisant des pans entiers de la population.
La Ministre semble, en outre, s’accommoder du fait que les exclusions de sans emploi qui soulagent « ses » statistiques fédérales viendront sans doute alourdir les dépenses des CPAS dans les communes.

 

La FGTB continuera à s’opposer à ce projet et à réclamer une véritable réponse à la crise et au problème du chômage, dont celui extrêmement préoccupant des jeunes.