Retour

La taxe nucléaire enfin fixée objectivement

La taxe nucléaire enfin fixée objectivement

 

Selon une étude de la CREG qui n'a pas encore été publiée, la rente nucléaire a enfin été fixée. Elle varierait de 1,7 à 1,8 milliard d’euros par an.

 

En bref

 

La rente nucléaire a enfin été fixée par la CREG. Après déduction d’un bénéfice raisonnable de quelque 450 millions d’euros, environ 1,3 milliard d’euros par an pourrait être dégagé dans le secteur nucléaire.

 

La FGTB est d’avis que pareille récupération des bénéfices nucléaires excédentaires peut être utilisée pour faire face aux coûts très élevés des projets offshore, tout en prévoyant une marge pour une politique fiscale et de subventions visant tout d’abord à aider à alléger la facture énergétique des consommateurs économiquement faibles, et ce en premier lieu par des mesures d’économie d’énergie.

 

En savoir +

 

Calcul de la rente

En février 2011, la FGTB et les autres membres du Conseil Général de la CREG ont approuvé un avis unanime sur le mode de calculer la rente nucléaire : « en cas de bénéfices échoués (bénéfice excédentaire suite à des amortissements accélérés), des mesures gouvernementales et légales s’imposent afin de permettre aux consommateurs concernés de récupérer de manière contraignante les efforts qu’ils ont consentis. Notez que l’existence de bénéfices échoués en soi est sans rapport avec l’éventuelle prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires. »

 

Au bénéfice de la collectivité

 Le Conseil Général de la CREG s’est également prononcé à l’unanimité sur l’affectation de ces bénéfices excédentaires nucléaires.

 

La totalité des bénéfices réalisés de manière indue sur les centrales amorties devrait refluer vers la collectivité et servir à alléger la facture électrique moyennant des investissements dans des énergies renouvelables et l’amélioration de l’efficacité énergétique de nos infrastructures résidentielles et industrielles.

 

Projets d'énergies renouvelables

La CREG suggère au ministre fédéral chargé de l’Energie d’utiliser une partie de la taxe nucléaire pour financer la production éolienne offshore. Les coûts de réseau du parc éolien offshore (prévu pour 2015) ne manqueront pas d'influencer la facture énergétique, mais le monde politique se trouve devant le choix impérieux de miser pleinement sur des projets d’énergies renouvelables, tant offshore qu'onshore.

 

Précarité énergétique

En outre, le problème croissant de précarité énergétique, situation dans laquelle les citoyens ne sont plus en mesure de payer leurs factures de gaz et d’électricité, pourrait être allégé. Une partie de la taxe nucléaire pourrait être affecté à ce coût aujourd’hui supporté par les consommateurs.