Retour

Le handicap wallon

Le handicap wallon

La N-VA rebondit sur le dos de l’Open VLD et entretient le débat communautaire sur la base des propos de De Gucht selon lequel il y aurait trop de handicapés en Belgique. Pour les nationalistes, les Wallons seraient une fois plus les grands profiteurs, car en Wallonie, ils seraient 50% de handicapés de plus qu’en Flandre à recevoir une allocation.

 

Dans l’hebdomadaire Humo, Karel De Gucht (commissaire européen Open VLD) donne son avis sur l’Europe, sur la crise de la dette, mais aussi sur la sécurité sociale dans notre pays, soulignant qu’il y aurait trop de personnes handicapées en Belgique.


Il cite, pour exemple, ses propres problèmes de dos et souligne que pour cette raison il pourrait être déclaré à 75% en incapacité de travail, alors qu’il est parfaitement en état de travailler.

 

Qui aurait pu s’attendre à ce qu’un homme politique intelligent, puisse conclure, sur la base d’une lésion personnelle, que tous les handicapés sont des profiteurs ?
Ou bien ces propos sont-ils dans la lignée de la pensée ultralibérale qui veut fortement économiser sur la sécurité sociale?

 

Autre élément cynique : la N-VA a sauté sur l’occasion pour relancer le débat communautaire sur la base des propos de De Gucht. Les Wallons seraient une fois de plus les grands profiteurs, car en Wallonie, 50% de handicapés de plus qu’en Flandre recevraient une allocation. Cela donne tout de suite une idée de combien ce parti a la fibre "sociale".

 

Le Secrétaire d’Etat compétent, Jean-Marc Delizée (PS), a déjà fait savoir que les chiffres avancés par la N-VA n’étaient pas exacts et revenaient à comparer des pommes avec des poires.

 

Dans notre pays, on distingue trois sortes d’allocations :

  • l’allocation de remplacement de revenus (ARR)
  • l’allocation d’intégration (AI)
  • et l’allocation pour l’aide aux personnes âgées (APA)


L’allocation de remplacement de revenus est accordée à la personne handicapée dont l’état physique ou psychique a réduit la capacité de gain à un tiers ou moins de ce qu’une personne valide est en mesure de gagner en exerçant une profession sur le marché général du travail.

L’allocation d’intégration est accordée à la personne handicapée qui, en raison de la réduction de son autonomie, doit supporter des frais supplémentaires.

L’allocation pour l’aide aux personnes âgées est accordée à la personne handicapée âgée qui, en raison de la réduction de son autonomie, doit supporter des frais supplémentaires.

 

Dans ses calculs, la N-VA « a oublié » ces dernières allocations, l’allocation pour l’aide aux personnes âgées n’a pas été comptée.

 

L’ “aperçu de l’année 2010 en chiffres“ du SPF sécurité sociale indique, dans son tableau 3.5.5 (répartition géographique du nombre de bénéficiaires) que :

  • en Flandre, 175.396 personnes reçoivent une ARR, AI ou APA;
  • en Région wallonne, 105.019 personnes;
  • dans la Région de Bruxelles-Capitale, 22.077 personnes.

Si l’on regarde uniquement l’ARR et l’AI, les chiffres donnent ceci:

  • en Flandre 76.129 bénéficiaires
  • en Région wallonne 66.769
  • dans la Région de Bruxelles-Capitale 15.413.

Pour les APA, les chiffres sont de :

  • 99.267 pour la Flandre
  • 38.250 pour la Wallonie
  • 6.664 pour la Région de Bruxelles-Capitale.


Un peu d’objectivité et d’honnêteté intellectuelle ne feraient pas de tort.