Retour

Moins d’accidents du travail en 2011

Moins d'accidents du travail en 2011

 

Hausse de l’emploi en 2011, mais baisse des accidents de travail dans le secteur privé. Une bonne nouvelle que rapporte le Fonds des Accidents du Travail dans son rapport annuel. Ceci concerne quasiment tous les secteurs, sauf celui de la construction et celui des activités liés à l’emploi (ex : secteur de l’intérim).

 

Plus d’emploi, moins d’accidents

En 2011, il y a eu au total 170.203 accidents du travail, dont 147.854 sur le lieu du travail et 22.349 sur le chemin du travail, ce qui constitue une baisse remarquable des accidents du travail par rapport à 2010.

L’emploi a poursuivi sa croissance en 2011 (+2,4%). Dans le même temps, le nombre d’accidents diminuait globalement de 2%.

Cette diminution est assez générale à l’exception de deux secteurs : la construction de bâtiments avec +6,5% d’accidents pour +7,4% d’heures prestées, et le secteur des activités liées à l’emploi avec +5 ,1% des accidents pour +8,3% d’heures prestées.

Notons que le nombre d’accidents sur le chemin du travail a considérablement diminué en 2011, notamment en raison d’une météo plus clémente (moins de neige) que durant l’hiver 2010.

 

De moins en moins d’accidents

Depuis le début de la crise, on assiste à une diminution du nombre d’accidents du travail. Si en 2009, cette baisse était logiquement liée à la baisse du taux d’emploi, on ne peut plus tirer cette conclusion aujourd’hui. En effet, la reprise de l’activité n’a pas causé de regain en matière d’accidents.

Si l'on observe les six secteurs dont les taux de fréquence et de gravité des accidents sont les plus élevés, on constate que leurs taux de fréquence sont, en 2011, en baisse ou stables, à l’exception du secteur de l’entreposage et des services auxiliaires des transports. 

 

Evolution des taux de fréquence des accidents des 6 secteurs ayant les taux d’accidents du travail les plus élevés en 2011

 

Statu quo pour les accidents mortels

82 accidents mortels se sont produits sur le lieu de l’exécution du travail en 2011, soit le même nombre d’accidents que l’année précédente. 6 grands secteurs totalisent la moitié des accidents mortels survenus entre 2008 et 2011. Un quart des accidents mortels de l’ensemble du secteur privé sont des accidents de circulation, 36% surviennent au siège de l’entreprise, tandis que les autres accidents mortels se produisent le plus souvent sur les chantiers.

 

Quelques chiffres

  • Les ouvriers sont davantage victimes d’accidents (95.253 – 64,4% - 63 décès) que les employés administratifs (25.915 – 17,5% - 8 décès) et les intérimaires (10.368 – 7,0 % - 5 décès). 
  • 34,3% des accidents du travail et 59,8% des accidents mortels se produisent dans les entreprises occupant en moyenne moins de 50 travailleurs. Presque la moitié des accidents du travail entraînant une incapacité permanente (46,4%) se produisent également dans les PME. De manière générale, les conditions de travail y restent très mauvaises.
  • La moitié des accidents dans le secteur des transports terrestres sont des accidents de circulation. 
  • 63% des accidents dans la construction d’immeubles et la moitié des accidents du secteur des travaux de construction spécialisés (travaux d’installations électriques, de plomberie, de finition…) se produisent sur les chantiers. 
  • 52% des accidents mortels dans le secteur de la construction d’immeubles, hormis les accidents de circulation, sont le résultat d’une chute de hauteur.

 

Quel rôle pour la prévention ?

Par le passé, une hausse ou une baisse de l’emploi se traduisait presque automatiquement par une hausse ou une baisse du nombre d’accidents de travail. L’amélioration constatée en 2011 est-elle donc due à l’effet positif de la prévention ou y a-t-il d’autres facteurs qui jouent ?

La sécurité au travail accrue a certainement pu jouer un rôle, mais on sait que beaucoup d'accidents ne sont pas déclarés aux assurances. D’ailleurs, cette année, nous constatons une nouvelle fois que le nombre d’accidents du travail sans suites diminue davantage que le nombre d’accidents entraînant une incapacité permanente. Le nombre d’accidents du travail mortels n’a pas baissé non plus, alors que l’effet positif de la prévention devrait conduire à une baisse du nombre d’accidents graves et d’accidents mortels.